Selon Les Echos, Canal+ et Dailymotion ont mis un terme aux discussions de rachat qui auraient permis à la filiale de Vivendi de lancer un concurrent de Netflix à partir du site de vidéos en ligne. Un échec qui pourrait avoir un impact sur les négociations également ouvertes avec Microsoft.

En février dernier, Stéphane Richard avait confirmé que Microsoft s'intéressait à Dailymotion, tout en ajoutant que des discussions étaient également engagées avec de potentiels acquéreurs français, désignant implicitement Canal+. La filiale de Vivendi avait en effet intérêt à pouvoir s'appuyer sur une plateforme de vidéos comme Dailymotion pour moins dépendre de YouTube dans son offre de contenus gratuits sur le web, et pour développer une offre payante capable de rivaliser avec Netflix.

Mais Les Echos indiquent que les discussions se sont terminées dans une impasse. Les deux groupes ne seraient mis d'accord ni sur le niveau de participation de Canal+ (la chaîne souhaitant être majoritaire), ni sur la stratégie à moyen et long terme.

Après l'échec du rachat de Dailymotion par Yahoo, qu'Arnaud Montebourg avait fait capoter pour ne pas laisser le site de vidéos français sous gouvernance américaine, c'est un nouveau coup d'arrêt dans le développement de Dailymotion. Lequel ne semble en réalité s'être jamais totalement remis de son mariage avorté, avec une interface qui vieillit de plus en plus mal et qui donne parfois l'impression d'être à l'abandon.

Selon Les Echos, Microsoft comptait lui-même sur Canal+ pour co-investir avec lui "plusieurs dizaines de millions de dollars", afin de ne pas investir seul. L'arrêt des discussions entre Orange et Canal+ pourrait donc signer l'abandon de la piste menant à Redmond, sauf si un nouvel apporteur de droits (TF1 ?) se manifeste.

En bout de course, s'il ne trouve pas preneur, Orange pourrait décider d'introduire Dailymotion en bourse.

Source : Montage Numerama

Vous avez lu 0 articles sur Numerama ce mois-ci

Il y a une bonne raison de ne pas s'abonner à

Tout le monde n'a pas les moyens de payer pour l'information.
C'est pourquoi nous maintenons notre journalisme ouvert à tous.

Mais si vous le pouvez,
voici trois bonnes raisons de soutenir notre travail :

  • 1 Numerama+ contribue à offrir une expérience gratuite à tous les lecteurs de Numerama.
  • 2 Vous profiterez d'une lecture sans publicité, de nombreuses fonctions avancées de lecture et des contenus exclusifs.
  • 3 Aider Numerama dans sa mission : comprendre le présent pour anticiper l'avenir.

Si vous croyez en un web gratuit et à une information de qualité accessible au plus grand nombre, rejoignez Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez les suivants : ne les manquez pas en vous abonnant à Numerama sur Google News.