Face aux accusations d'espionnage du gouvernement des États-Unis, la société Huawei s'apprêterait à porter l'affaire devant la justice.

Le conflit qui oppose Huawei et le gouvernement américain est en train d’atteindre un nouveau niveau. Selon des informateurs anonymes du New York Times, la société chinoise s’apprêterait à porter plainte. Le procès aurait lieu dans le District Est du Texas, où se situe le siège social de la compagnie aux États-Unis.

Cette affaire ne date pas d’hier : depuis janvier 2018, le Congrès accuse Huawei d’être lié au pouvoir chinois et d’utiliser ses smartphones à des fins d’espionnage. L’opérateur AT&T avait même subi des pressions pour annuler un contrat avec la firme asiatique, afin qu’elle continue d’être absente du marché américain. Le gouvernement des États-Unis a ensuite voulu aller plus loin : évincer la société de la construction des infrastructures de réseau.

Le genre de produit qu’on ne devrait pas voir de sitôt aux USA. // Source : Huawei

L’une des mesures prise dans ce sens est une loi d’autorisation de dépense pour la défense ratifiée en août 2018. L’une des ses conséquences est d’interdire l’utilisation des outils de télécommunication de Huawei, et de la compagnie chinoise ZTE, par les agences exécutives. Cela veut notamment dire que la société chinoise ne pourra pas prendre part à la construction du futur réseau 5G dans le pays. La firme en retire une mauvaise image, d’autant que sa directrice financière, Sabrina Meng, a été arrêtée au Canada en décembre dernier et pourrait bientôt être extradée aux États-Unis pour des soupçons de viol d’embargo.

Huawei ne se laisse pas faire

Face aux accusations, Huawei n’est pas resté sans rien faire. Toujours selon les informations du New York Times, la firme compte montrer que la loi cité précédemment citée est une « sanction sans procès », c’est-à-dire une punition à l’encontre d’une personne ou d’un groupe sans qu’un procès ait eu lieu (ce qui est interdit). Du côté de Sabrina Meng, ses avocats ont attaqué le gouvernement canadien en déclarant que son arrestation était une violation de ses droits.

Si Huawei amène bien le gouvernement des États-Unis dans un procès, les deux parties mettront le doigt dans un engrenage encore plus compliqué qu’auparavant. Reste à savoir si un accord pourra être trouvé, où si la firme et le pays s’engageront dans une affaire qui pourrait durer des années.

Partager sur les réseaux sociaux