Cette année, Stefan Zweig, Léon Daudet, Guillaume Apollinaire ou Grant Wood font partie des auteurs dont les oeuvres réalisées il y a parfois plus d'un siècle accèdent enfin au domaine public. 

Chaque année, le 1er janvier est attendu comme une fête par les amoureux du domaine public. Au point qu'il est désormais consacré une Journée du Domaine Public, qui permet de rendre hommage à la libération des droits d'exploitation des oeuvres des auteurs décédés il y a de très nombreuses décennies. En France, le droit prévoit que les héritiers de l'auteur restent les propriétaires exclusifs des droits pendant 70 ans après la mort de l'auteur, et même davantage avec les prorogations accordées pour les deux guerres mondiales et pour les auteurs déclarés "Mort pour la France". Ces droits exclusifs restent opposables jusqu'au 31 décembre à 23h59, et à minuit, les verrous sautent.

Cette année, le très utile collectif SavoirsCom1 qui milite pour une meilleure prise en compte du domaine public a publié un excellent calendrier de l'avent, qui a permis de référencer pendant un mois les principaux auteurs dont les oeuvres appartiennent désormais à tous.

Au 1er janvier 2013, peu d'auteurs français de renom rejoignent le domaine public. On peut tout de même citer le très prolifique Léon Daudet (fils d'Alphonse), un journaliste, romancier et essayiste pétainiste, qui a publié 128 livres et plus de 9000 articles. Ou encore le poète Guillaume Apollinaire, qui avait toutefois déjà rejoint le domaine public en septembre dernier (du fait du jeu des prorogations). Citons aussi les historiens Pierre Champion, auteur de nombreux ouvrages sur la France médiévale, et Charles Seignobos, spécialiste de l'histoire politique et des civilisations, l'écrivain Ernest Pérochon, ou encore l'académicien André Bellesort.

Au niveau international, c'est l'entrée dans le domaine public de Stefan Zweig qui attire toute l'attention. L'auteur autrichien s'est imposé comme une référence littéraire à travers le monde, avec de nombreux romans, pièces de théâtres, essais, biographies ou correspondances, et la libération des droits sur ses écrits originaux va enfin autoriser la réalisation de nouvelles traductions (plusieurs éditeurs dont Flammarion, Robert Laffon ou Le Livre de Poche en ont annoncées pour le début d'année). C'est ainsi une nouvelle concurrence de mise en valeur de l'offre de Zweig qui va être encouragée par la disponibilité des écrits originaux dans le domaine public, ce qui montre bien que le domaine public n'est pas un malheur pour l'auteur qui y accède, mais une chance.

Signalons aussi parmi les nouveaux entrants le peintre Grant Wood, dont le nom est certainement moins familier que son tableau majeur, American Gothic, devenu un véritable objet de la culture populaire :

Découvrez les bonus

+ rapide, + pratique, + exclusif

Zéro publicité, fonctions avancées de lecture, articles résumés par l'I.A, contenus exclusifs et plus encore.

Découvrez les nombreux avantages de Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous avez lu 0 articles sur Numerama ce mois-ci

Il y a une bonne raison de ne pas s'abonner à

Tout le monde n'a pas les moyens de payer pour l'information.
C'est pourquoi nous maintenons notre journalisme ouvert à tous.

Mais si vous le pouvez,
voici trois bonnes raisons de soutenir notre travail :

  • 1 Numerama+ contribue à offrir une expérience gratuite à tous les lecteurs de Numerama.
  • 2 Vous profiterez d'une lecture sans publicité, de nombreuses fonctions avancées de lecture et des contenus exclusifs.
  • 3 Aider Numerama dans sa mission : comprendre le présent pour anticiper l'avenir.

Si vous croyez en un web gratuit et à une information de qualité accessible au plus grand nombre, rejoignez Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez les suivants : ne les manquez pas en vous abonnant à Numerama sur Google News.