L’armée israélienne diffuse une vidéo montrant un laser interceptant des roquettes et des drones. Le ministère de la Défense entend déployer cette technologie à partir de 2022.

Les lasers vont faire leur entrée dans les conflits armés. C’est en tout cas le souhait du gouvernement israélien, qui veut croire dans cette technologie pour se défendre contre des missiles et des drones ciblant son territoire.

Le jeudi 14 avril, le Premier ministre israélien a publié sur son compte Twitter la vidéo du premier test réussi d’un système de défense laser. On aperçoit la fameuse machine, positionnée depuis une station dans le désert, détruire successivement des mortiers, des roquettes et des drones de combat. Une musique théâtrale en fond, des plans épiques et des militaires qui se réjouissent, tout est tourné de manière à impressionner le spectateur.

Dans un communiqué, le ministère de la Défense israélien qualifie cette technologie « d’outil efficace, précis, facile à utiliser et nettement moins cher que tout autre moyen de protection existant. Le laser sera intégré en tant qu’arsenal complémentaire au dôme de fer », surnom donné au bouclier déployé par le pays pour intercepter les roquettes avant qu’elles frappent.

« Cela peut ressembler à de la science-fiction, mais c’est réel », a déclaré le Premier ministre Naftali Bennett sur Twitter. « Les interceptions de l’Iron Beam sont silencieuses, elles sont invisibles et elles ne coûtent qu’environ 3,50 dollars pièce» , a-t-il ajouté. Le coût est évidemment un facteur important pour Tsahal, l’armée israélienne.

Ce test intervient un an après la guerre Israël-Palestine de 11 jours, au cours de laquelle le Hamas, au pouvoir à Gaza, a tiré plus de 4 000 roquettes. 75 % à 90 % des projectiles avaient été interceptés selon le gouvernement, mais le dispositif intercepteur coûte des dizaines de milliers de dollars à chaque tir.

Laser drone Israel
Israël utilise son laser contre des drones de combats similaires à ceux utilisés dans la guerre entre la Russie et l’Ukraine en ce moment. // Source : Twitter

Un déploiement autour des frontières au cours de la prochaine décennie

Yaniv Rotem, responsable de la R&D militaire au ministère de la Défense, indique au Jerusalem Post que « le laser est capable d’intercepter une variété de menaces aériennes à des distances difficiles ». Selon lui, « le système au sol sera capable de détruire des cibles jusqu’à 10 kilomètres avec un laser [dont la puissance] va au-delà de 100 kilowatts. »

« L’objectif est de déployer les systèmes laser autour des frontières d’Israël au cours de la prochaine décennie » a ajouté Benny Gantz, ministre de la Défense, aux journalistes d’Associated Press.

Israël n’est pas le seul pays à investir dans les lasers de défense, mais sera le premier à l’intégrer dans son arsenal actif. Les États-Unis comme la Chine ont déjà mené des essais.

L’inconvénient d’un laser est qu’il n’est plus aussi efficace en période de faible visibilité, y compris durant une forte couverture nuageuse. Pour cette raison, l’armée israélienne a également l’intention de monter le système sur un avion afin de tirer au-dessus des nuages, mais le dispositif a encore quelques années de développement devant lui.