Le Meilleur des Mondes, en partenariat avec Numerama, se penche dans cet épisode sur les autres réalités du darknet.

Le darknet (ou dark web) fait l’objet de très nombreux fantasmes. Cette « zone » du web est perçue dans l’imaginaire collectif comme la plaque tournante de la criminalité — des marchés de la drogue à celui des armes à feu. Et c’est une réalité. Mais le darknet est complexe : cette région du web a bien des facettes.

Comment peut-on définir ce réseau souterrain ? Quelle est son histoire ? Et peut-il être utilisé aussi comme outil de dissidence, en faveur de la liberté d’expression ? Ce sont les questions de cet épisode du Meilleur des Mondes. Cette émission est disponible en podcast sur les plateformes d’écoute — DeezerSpotifyApple — ainsi que sur le site de France Culture.

meilleur_des_mondes_numerama
Le Meilleur des Mondes, en partenariat avec Numerama.

Le darknet : outil de dissidence ?

Pour répondre à ces questions, François Saltiel reçoit :

  • Amaelle Guiton, journaliste, auteure de Hackers au cœur de la résistance numérique (Ed. Au diable Vauvert, 2013) 
  • Laurent Gayard, enseignant en sciences politiques à l’Institut Catholique de Paris, auteur de Géopolitique du darknet : nouvelles frontières et nouveaux usages du numériques (Ed. ISTE, 2017) et Darknet, GAFA, Bitcoin. L’anonymat est un choix  (Ed. Slatkine&Cie, 2018).  
  • Jean-Marc Bourguignon, co-fondateur de l’association Nothing2Hide, formateur en sécurité numérique, ancien membre de Telecomix et de Reporter Sans Frontières

Et en fin d’émission, retrouvez la chronique Numerama : certaines pratiques illégales n’ont malheureusement pas besoin du darknet pour exister sur le web.