Lockbit, le gang de hackers le plus redouté (responsable de la cyberattaque de l’hôpital de Corbeil-Essonnes), revient sur le devant de la scène et répond aux forces de police, après son opération marquante contre l’infrastructure des pirates.

Cinq jours après l’opération internationale des forces de police contre Lockbit, le groupe de cybercriminels le plus redouté fait son retour sur le darknet. Le 24 février, un nouveau site est apparu, identique à celui qui a été piraté par le FBI et les forces de l’ordre de 10 pays, dont la Gendarmerie Nationale. Le leader du gang de pirate en a profité pour publier un long texte et s’expliquer après sur cette offensive contre Lockbit, une organisation coupable piratée des hôpitaux (celui de Corbeil-Essonnes en France) et de nombreuses multinationales.

Connu sous le pseudo de LockbitSupp, le patron du collectif commence par reconnaitre ses erreurs dans une tribune, publiée en anglais et en russe. « Après avoir nagé dans l’argent pendant cinq ans, je suis devenu paresseux et j’ai continué à naviguer avec mon yacht et des nanas […] J’ai constaté que je n’avais plus accès au site, le mot de passe ne correspondait plus […]. Je pense qu’ils ont profité (le FBI) d’une faille zéro-day (encore non découverte). »

« Le FBI a décidé de me pirater maintenant pour une seule raison, parce qu’il ne veut pas me divulguer les informations sur le Fulton County », insiste-t-il. Donald Trump est accusé d’avoir fait pression sur des élections dans ce comté, à l’est des États-Unis.

« Les documents volés contiennent beaucoup de choses intéressantes et des affaires judiciaires de Donald Trump qui pourraient affecter les prochaines élections américaines. Personnellement, je voterai pour Trump, car la situation à la frontière avec le Mexique est une sorte de cauchemar, Biden devrait prendre sa retraite, c’est une marionnette », lâche le cybercriminel.

Le nouveau site darknet des pirates de Lockbit. // Source : Numerama
Le nouveau site darknet des pirates de Lockbit. // Source : Numerama

Une faille découverte dans le système des hackers

Le chef du gang en profite aussi pour féliciter les forces de police et la personne qui a découvert la faille dans le programme des hackers. « Tout le monde a remarqué comment le FBI a magnifiquement changé le design du blog, personne n’a jamais reçu de tels honneurs. Une seule personne sur toute la planète mérite des éloges, celle qui a hacké mon site. Je me demande combien il a été payé, combien était son bonus ? Si c’est moins d’un million de dollars, alors venez travailler pour moi, vous gagnerez probablement plus avec moi. »

LockbitSupp suggère que l’individu en question travaillerait pour Prodaft, une entreprise américaine spécialisée dans la recherche sur les menaces cyber. Le pirate finit par déclarer qu’il ne s’arrêtera pas de hacker, « tant qu’il est vivant » et que malgré les millions, il continue son activité, car « il s’ennuie » et qu’il « aime son travail ».

Une opération unique contre les cybercriminels

Un nouveau site de Lockbit est actuellement en ligne, avec les quinze victimes affichées, probablement toutes piratées avant l’attaque des forces de police. Malgré l’arrestation de quelques membres, nul doute que les pirates restants vont tenter de relancer la machine. Les forces de l’ordre auront néanmoins réussi à fournir « des déchiffreurs » pour débloquer les données bloquées par le logiciel malveillant, saisir des portefeuilles de cryptomonnaie, et discréditer Lockbit dans le milieu du cybercrime. Un coup qui restera marquant, car il prouve que les pirates ne sont pas intouchables, même cachés au fin fond d’un inatteignable pays.

Nouveauté : Découvrez

La meilleure expérience de Numerama, sans publicité,
+ riche, + zen, + exclusive.

Découvrez Numerama+

Abonnez-vous gratuitement à Artificielles, notre newsletter sur l’IA, conçue par des IA, vérifiée par Numerama !