Alors que l'épidémie de coronavirus oblige la population à rester chez elle et à limiter au maximum les déplacements, Intel vient d'acheter une application spécialisée dans les itinéraires en transports en commun et dans les déplacements urbains. Paradoxal ? Pas pour le groupe américain.

Une nouvelle entreprise israélienne rejoint l’écosystème d’Intel. L’industriel américain spécialisé dans les semi-conducteurs a officialisé le 4 mai l’acquisition de Moovit pour près de 900 millions de dollars. Avec cette prise, le géant de l’électronique entend consolider ses positions dans le domaine de la mobilité, et plus particulièrement dans celui de la mobilité en tant que service (MaaS).

Car Moovit est semblable à CityMapper : il s’agit d’une application de déplacements urbains et de calculs d’itinéraires, qui est capable de proposer des trajets multimodaux. En clair, Moovit est en mesure de proposer un voyage pouvant combiner ou non divers modes de transport, allant des transports en commun à la location de vélos ou de scooters, en passant par le covoiturage, les VTC et ainsi de suite.

Moovit est très utilisée dans le monde. Elle compte plus de 800 millions d’utilisateurs et fournit ses services pour 3 100 communes réparties dans 102 pays, dont la France. L’application affiche également des alertes en cas de perturbation sur le trajet en temps réel, les horaires de passage des transports publics, la durée de l’itinéraire, les étapes du parcours et ce qu’il y a à savoir pour se déplacer sans souci.

Évidemment, puisqu’elle sert à la mobilité urbaine, l’application est elle-même mobile : elle existe sur Android et iOS.

Moovit carte
La version web de l’application Moovit.

Moovit doit servir à muscler Mobileye, une autre entreprise israélienne dont Intel a pris le contrôle en 2017 pour 15 milliards de dollars — une somme qui traduit la détermination du groupe américain à se déployer davantage sur ce créneau de la mobilité. En effet, Mobileye travaille sur la voiture autonome, notamment un service de taxis autonomes, qui pourrait être ainsi intégré à… Moovit.

Car il y a de grandes perspectives de croissance, Intel ne s’en cache pas : « L’intégration de Moovit rapproche Mobileye de la réalisation de son plan visant à devenir un fournisseur de mobilité complet, y compris de services de taxis autonomes, ce qui devrait représenter une opportunité estimée à 160 milliards de dollars d’ici 2030 », lit-on dans le communiqué. Cela justifie donc les lourdes dépenses engagées ces dernières années.

Intel prépare l’après-confinement

Aujourd’hui, Moovit est paradoxalement peu à son avantage : du fait du confinement, la population est invitée à rester chez elle pour limiter au maximum la diffusion du coronavirus. De fait, la voiture individuelle paraît être une solution de repli pour éviter de croiser du monde dans les transports en commun, qui ne circulent d’ailleurs pas, ou si peu. Une situation qui ne cadre pas, justement, avec le but l’application.

Cependant, l’entreprise s’est adaptée à cette nouvelle donne. En mars, la startup a fait savoir qu’elle peut tout à fait « proposer un service de transport d’urgence à la demande » à destination des individus occupant un travail essentiel, dans le domaine de la santé ou bien dans celui de l’alimentaire. Le déconfinement devrait toutefois permettre à la compagnie de retrouver une activité normale, progressivement.

Intel voit de toute façon à plus long terme. Bien que l’épidémie de coronavirus (Covid-19) cause d’immenses difficultés dans le monde entier, elle finira par être jugulée et dépassée — notamment parce qu’un vaccin devrait voir le jour courant 2021 et parce que des gestes barrières seront pérennisés. Les plans du fondeur américain, eux, se projettent plus loin, sur la décennie qui vient.

Partager sur les réseaux sociaux