Nokia s’offre l’expérience de Dave Stewart, pour monter un conseil consultatif d’artistes. Le fabricant souhaite par là mettre en place un modèle économique qui soit respectueux de la création. « Dave est une personne vraiment rare dans l’industrie » explique Tero Ojanpera, vice président exécutif de la branche loisirs et communautés de Nokia. « Sa capacité à intégrer les nouveaux modes de pensée et l’innovation technologique dans le processus créatif font de lui la personne parfaite pour rejoindre notre équipe et nous aider à pousser nos modèles de loisirs dans une nouvelle ère d’interactivité et de collaboration communautaire. »

Et question intégration technologique dans le processus créatif, on peut dire que Stewart s’y connaît. Pour rappel, Dave Stewart est le compositeur qui a fondé début des années 80 Eurythmics. En 1983, on le trouvait avec un clavier numérique et un petit magnéto 8 pistes en train d’enregistrer la voix d’Annie Lennox la nuit, pour éviter les bruits d’usine. Elle entonnait alors l’air qui allait faire leur succès interplanétaire : Sweet Dreams (qu’on ne vienne pas nous dire après qu’un groupe a besoin de 50.000 € pour sortir un album à succès).

« Mon premier projet sera de partager avec Nokia mon expérience de musicien, compositeur, et producteur pour aider l’industrie à avancer ensemble » a déclaré Stewart. « Ca sera aussi l’occasion pour les artistes de participer à un forum dans lequel il sera question d’explorer la manière dont la technologie peut être exploitée pour aider à soutenir les causes qui tiennent à beaucoup d’entre eux. »

En contre-courant de la tendance qui veut que les fournisseurs de service se basent sur de seules considérations high-tech pour monter leur offre, Nokia choisit le parti d’inclure le point de vue des artistes dans ses projets numériques. A quand prendra-t-on sérieusement en compte celui de l’auditeur téléchargeur ?

Découvrez les bonus

+ rapide, + pratique, + exclusif

Zéro publicité, fonctions avancées de lecture, articles résumés par l'I.A, contenus exclusifs et plus encore.

Découvrez les nombreux avantages de Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous avez lu 0 articles sur Numerama ce mois-ci

Il y a une bonne raison de ne pas s'abonner à

Tout le monde n'a pas les moyens de payer pour l'information.
C'est pourquoi nous maintenons notre journalisme ouvert à tous.

Mais si vous le pouvez,
voici trois bonnes raisons de soutenir notre travail :

  • 1 Numerama+ contribue à offrir une expérience gratuite à tous les lecteurs de Numerama.
  • 2 Vous profiterez d'une lecture sans publicité, de nombreuses fonctions avancées de lecture et des contenus exclusifs.
  • 3 Aider Numerama dans sa mission : comprendre le présent pour anticiper l'avenir.

Si vous croyez en un web gratuit et à une information de qualité accessible au plus grand nombre, rejoignez Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez les suivants : ne les manquez pas en vous abonnant à Numerama sur Google News.