Molotov a suspendu la possibilité d'enregistrer les chaînes BFM et RMC à cause d'un désaccord avec NextRadioTV, qui les possède. Molotov refuse de payer pour diffuser ces chaînes gratuites, estimant que le groupe fait déjà un effort à travers la redevance pour copie privée.

Il y a de l’eau dans le gaz entre Molotov et le groupe de médias NextRadioTV. D’après les toutes récentes constatations du site Next Inpact, le service français spécialisé dans la diffusion des chaînes de télévision par Internet n’est plus en mesure depuis le 29 octobre de proposer son option d’enregistrement pour les chaînes BFM TV, BFM Business, RMC Découverte et RMC Sport News.

La raison ? Les deux parties sont en désaccord sur les modalités d’application de la fameuse exception pour copie privée, qui est un mécanisme juridique autorisant les particuliers à faire un enregistrement d’une œuvre, dans un cadre strictement privé. En échange, une redevance, qui est par exemple appliquée au niveau du support d’enregistrement, est prévue.

L’interface générale de Molotov avec un focus sur un programme. // Source : Molotov

Les chaînes veulent leur part

Or, les chaînes de télévision ne voient jamais la couleur de cet argent : celui-ci est collecté par Copie France, qui dispatche ensuite la somme entre ses différents membres (qui représentent les artistes-interprètes, les auteurs et les producteurs). Ce que veut donc NextRadioTV, qui appartient depuis ce printemps au groupe Altice, spécialisé dans les télécoms, c’est d’avoir sa part.

Pour Molotov, il n’est pas question pour l’heure de se plier à cette exigence — la mise à l’arrêt de l’option d’enregistrement en est la preuve. La plateforme a déclaré à nos confrères sa volonté d’être à l’offensive sur ce dossier, estimant être dans son bon droit. En effet, avec la loi Création de 2016, cette rémunération couvre les services dits de « magnétoscopes numériques à distance », ce qu’est Molotov.

Ces enregistrements se font à distance, via l’infrastructure de Molotov. Il est à noter que cette option ne concerne que l’offre payante et non l’accès gratuit. Pourtant par le passé, Molotov proposait un quota d’heures gratuites pour l’enregistrement. Quota qui a progressivement été réduit avant d’être supprimé. Maintenant, seuls les clients qui paient 3,99 euros par mois sont éligibles.

L’enregistrement n’est possible qu’avec l’accès payant. // Source : Molotov

Enjeux financiers

La pression exercée par les chaînes de télévision est nourrie par des enjeux économiques, notamment parce que les espaces de rediffusion (replays) dans lesquels il est possible de placer des encarts publicitaires supplémentaires avant et pendant un programme sont de fait relativement désertés à cause de l’attractivité de Molotov, qui a plusieurs millions de membres et séduit les jeunes.

S’il y a évidemment de la publicité classique qui est diffusée sur Molotov, puisqu’elle fait partie du flux vidéo des chaînes concernées, il y a potentiellement une perte de gains aux yeux des diffuseurs. Il reste désormais à savoir si NextRadioTV parviendra à forcer la main à Molotov, qui a tout intérêt à résister pour ne pas justement créer un précédent qui n’échapperait pas aux autres chaînes.

Partager sur les réseaux sociaux