Les députés ont rejeté jeudi l’amendement de Frank Riester, qui souhaitait exonérer les maisons de disques du paiement de cotisations sociales sur les royalties reversées aux artistes-interprètes.

Mardi, nous rapportions l’amendement déposé par le député Frank Riester au projet de loi de financement de la sécurité sociale, au bénéfice des maisons de disques. L’ancien rapporteur des deux lois Hadopi, aujourd’hui membre du collège de la Haute Autorité dont il a soutenu la création, s’opposait au fait que les maisons de disques devront désormais payer un « forfait social » égal à 6 % du montant qu’elles versent aux artistes-interprètes tout au long de la vie d’exploitation de leurs enregistrements.

« Une telle disposition serait désastreuse pour l’industrie phonographique« , défendait-il, estimant que « l’application de cette nouvelle taxe impliquerait que la filière musicale s’acquitte d’une somme annuelle de 2.5 millions d’euros« . Nous en avions alors déduit que les maisons de disques qu’il veut épargner payent chaque année seulement 41,6 million d’euros en droits reversés aux artistes-interprètes, alors que le chiffre d’affaires des grandes maisons de disques est supérieur à 500 millions d’euros.

Jeudi, les députés ont examiné l’amendement de M. Riester, qui a été rejeté, suite à l’avis défavorable exprimé par le gouvernement.

« Ces dernières années, la politique du Gouvernement vise à soutenir une industrie sinistrée – la filière musicale qui a vu son chiffre d’affaires baisser de 60 % en sept ans -, avec la loi HADOPI – je suis bien placé pour en parler -, avec le crédit d’impôt pour la production d’œuvres phonographiques qui a été augmenté, ou encore avec la Carte Musique Jeune qui a été lancée cet après-midi par Frédéric Mitterrand« , avait pourtant défendu le député. « L’article 13 crée un forfait social sur des redevances d’artistes qui ne sont pas un travail ou liées à un travail, mais qui sont liées à un droit, le droit à la propriété intellectuelle. Ce forfait social va à l’encontre de la politique du Gouvernement en matière d’aide à la filière musicale« .

En réponse, le rapporteur Yves Bur (UMP) a rappelé que « les royalties des artistes du spectacle sont déjà assujetties au forfait social« , et que « l’article 13 ne fait qu’apporter une précision quant à la personne qui endosse le rôle de l’employeur chargé d’acquitter le forfait social lorsque ces sommes sont versées par un intermédiaire« .

« Comme l’artiste ne peut financer directement le régime général, il revient à son employeur ou à l’utilisateur de l’enregistrement de s’acquitter de ce forfait social. C’est aussi simple que cela« , a rembarré Yves Bur.

Découvrez les bonus

+ rapide, + pratique, + exclusif

Zéro publicité, fonctions avancées de lecture, articles résumés par l'I.A, contenus exclusifs et plus encore.

Découvrez les nombreux avantages de Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous avez lu 0 articles sur Numerama ce mois-ci

Il y a une bonne raison de ne pas s'abonner à

Tout le monde n'a pas les moyens de payer pour l'information.
C'est pourquoi nous maintenons notre journalisme ouvert à tous.

Mais si vous le pouvez,
voici trois bonnes raisons de soutenir notre travail :

  • 1 Numerama+ contribue à offrir une expérience gratuite à tous les lecteurs de Numerama.
  • 2 Vous profiterez d'une lecture sans publicité, de nombreuses fonctions avancées de lecture et des contenus exclusifs.
  • 3 Aider Numerama dans sa mission : comprendre le présent pour anticiper l'avenir.

Si vous croyez en un web gratuit et à une information de qualité accessible au plus grand nombre, rejoignez Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous voulez tout savoir sur la mobilité de demain, des voitures électriques aux VAE ? Abonnez-vous dès maintenant à notre newsletter Watt Else !