Amazon a obtenu un brevet aux USA qui envisage le décollage de ses drones depuis des trains.

Amazon ne manque décidément pas d’idées pour son projet de livraison de colis au moyen de drones. Idées que l’entreprise américaine brevette évidemment dès qu’elle en a l’occasion, que ce soit le largage des marchandises avec des parachutes, la recharge des drones en pleine ville sur des lampadaires ou encore le stockage des drones dans des sortes de ruches cylindriques et robotisées.

Début août, c’est un autre concept que le géant du commerce électronique a pu protéger auprès du bureau américain des brevets et des marques de commerce. La compagnie a en effet obtenu un brevet le 1er août qui décrit une méthode par laquelle elle utilise des trains comme base opérationnelle mobile pour déployer ses drones en fonction de ses besoins commerciaux.

amazon-drone-train

L’idée ? Des trains circuleraient sur des voies et, au lieu de tracter des voitures, ce sont des wagons qui seraient déplacés sur le territoire. À l’intérieur, tout serait aménagé pour gérer automatiquement un ou plusieurs drones : l’un d’eux pourrait entrer par le toit, récupérer une marchandise qu’un bras télescopique aurait mis préalablement de côté et ensuite partir remplir sa mission.

On pourrait imaginer par exemple qu’Amazon envoie tout un train de marchandises dans l’Essonne et ainsi livrer via ses drones plusieurs clients éparpillés dans plusieurs villes situées à quelques dizaines de kilomètres de distance de la voie de chemin de fer. Le train descendrait sur la ligne du RER D, se placerait sur une voie de service et les toits des wagons s’ouvriraient alors pour libérer la flotte de drones.

Ce scénario appartient encore au domaine de la fiction mais le fait est que plusieurs sociétés s’intéressant à la livraison de marchandises par drone réfléchissent à des concepts plus ou moins similaires : UPS s’essaie par exemple à la livraison avec des drones lancés depuis un camion. Au Japon, l’idée d’associer des drones et des camions autonomes est aussi en train de faire son petit bonhomme de chemin.

amazondronetrain

Afin d’éviter au maximum les allers-retours jusqu’à l’atelier, le train pourrait avoir un ou deux wagons dédiés à la maintenance et la réparation des drones, pour remplacer une batterie faiblarde ou une pale défectueuse. Les autres wagons seraient aménagés de façon à pouvoir recueillir les différentes commandes des clients de la zone ou mettre les marchandises qui sont statistiquement les plus demandées.

C’est à la fin 2013 que le service de livraison par drone d’Amazon a été présenté au monde mais ce n’est que trois ans plus tard que la première livraison officielle a pu être menée à bien, au Royaume-Uni. Entretemps, la firme de Seattle a fait évoluer son petit aéronef pour lui donner les moyens de couvrir une distance de 24 km et de voler jusqu’à 93 km/h, à une altitude maximale de 120 mètres.

Partager sur les réseaux sociaux