La priorité numéro un de Tesla ? Éviter un piratage massif de son parc automobile, selon son CEO. Elon Musk estime en effet qu'il s'agit d'un paramètre non négociable pour assurer la sécurité des véhicules et de leurs occupants.

Elon Musk s’est livré à une série de confidences pendant le week-end du 15 juillet 2017, évoquant notamment ses inquiétudes autour du développement de l’IA, ses rapports critiqués avec Donald Trump et la généralisation de la voiture autonome.

L’entrepreneur américain en a profité pour aborder, plus épisodiquement, un autre sujet : la manière dont son entreprise Tesla, qui pourrait bientôt bénéficier d’une situation de quasi-monopole sur le marché des véhicules électriques, gère sa propre cybersécurité.

La connectivité croissante des véhicules les rend en effet vulnérables à de potentielles tentatives de piratage. En septembre 2016, Tesla en avait d’ailleurs fait les frais ; le constructeur automobile a dû corriger en urgence une faille de ses véhicules que des chercheurs en sécurité informatique avait exploitée.

Éviter un piratage massif

Invité par la National Governors Association, Elon Musk a tenu à donner un aperçu plus approfondi des efforts menés à l’heure actuelle par Tesla pour prévenir de telles situations — et ce d’autant plus que l’entreprise vise une totale autonomie, à terme, pour ses véhicules. Le milliardaire estime que la priorité numéro 1 de son entreprise doit être de se prémunir contre un piratage qui viserait l’intégralité de son parc automobile.

« En principe, si quelqu’un était capable de pirater toutes les Tesla autonomes, il pourrait dire — je veux dire, pour faire une blague –, envoyons les toutes à Rhode Island (rires) à travers les États-Unis… Ce serait la fin de Tesla, et il y aurait beaucoup de gens mécontents à Rhode Island », anticipe Elon Musk.

« Nous devons nous assurer qu’un piratage de tout notre parc est fondamentalement impossible et que, si des gens sont dans la voiture, ils ont autorité sur tout ce que le véhicule fait. Si la voiture fait quelque chose d’absurde, vous pouvez appuyer sur un bouton qu’aucun logiciel ne peut outrepasser et vous assurer de prendre le contrôle du véhicule, et de couper le lien vers les serveurs », poursuit le PDG de Tesla Motors.

Si des gens sont dans le véhicule, ils doivent pouvoir reprendre le contrôle

Par ailleurs, Elon Musk a tenu à rappeler que, quand bien même quelqu’un parviendrait à pirater un véhicule Tesla, il ou elle n’aurait pas pour autant accès à tous les sous-systèmes du véhicule, chacun d’entre eux étant chiffré. « Dans la voiture, plusieurs sous-systèmes ont un chiffrage spécialisé, comme le groupe motopropulseur, par exemple. Même si quelqu’un a accès au véhicule, il ne peut pas prendre le contrôle du groupe motopropulseur ou du système de freinage. »

Elon Musk a conclu son intervention en précisant que la sécurité était devenue sa principale préoccupation chez Tesla, et qu’il était convaincu qu’elle le resterait dans les années à venir. Le CEO souhaite que son entreprise développe une expertise dans la conception de logiciels destinés à assurer la sécurité à bord des véhicules connectés.

Partager sur les réseaux sociaux