Taser a dévoilé une nouvelle innovation technologique, le Signal Sidearm : un capteur qui déclenche automatiquement l'enregistrement des « body-cams » des policiers aux alentours dès qu'ils sortent leur arme de leur étui.

Pour améliorer la transparence des opérations policières, Taser, le leader mondial en matière d’équipement pour les forces de l’ordre — dont son pistolet à impulsion électrique reste le plus connu — a révélé une nouvelle technologie : le Signal Sidearm. Celle-ci fait suite à la première mesure annoncée par l’entreprise ce mois-ci, basée sur les IA.

Réalisé par sa filiale Axon, il s’agit d’un capteur sans fil à intégrer dans les étuis de pistolet des policiers. Dès que l’arme est dégainée, le capteur déclenche automatiquement l’enregistrement de toutes les caméras Axon présentes dans un rayon d’action de 9 mètres. Cela inclut les caméras-piétons comme celles qui sont présentes dans les voitures de police.

Le capteur, intégrable à tout type d’étui, fonctionne avec une batterie d’une durée de vie d’un an et demi. Rick Smith, le CEO de Taser, explique : « Quand les agents doivent sortir une arme, la dernière chose dont ils doivent se préoccuper c’est leur technologie. Le Signal Sidearm donnera aux agents de police la même confiance qu’en leurs armes intelligentes, qui intègrent également la technologie du système Signal.  »

Un déclenchement automatique étendu aux véhicules

Les autres produits du système Signal relèvent du même principe, respectivement avec des caméras (les « Signal Vehicle ») présentes dans les voitures de police qui commencent à enregistrer dès que les portes du véhicule s’ouvrent ou que la sirène s’active.

La deuxième technologie, la « Signal Performance Power Magazine », est une batterie dotée d’un capteur qui est intégrée aux Tasers X2 et X26P : elle déclenche un enregistrement automatique à la manière de la Signal Sidearm dès que les agents activent le taser.

En France, le ministre de l’intérieur Bruno Le Roux a annoncé le prochain déploiement de 2 600 caméras mobiles pour équiper les policiers et les gendarmes, alors que le débat sur les rapports difficiles entretenus entre les citoyens et les forces de l’ordre après la violente interpellation de Theo, un habitant d’Aulnay-sous-bois, domine l’actualité.

Partager sur les réseaux sociaux