Dans le cadre de son émission sportive 100 % Euro le Mag, M6 utilise des sortes d'hologrammes pour interviewer les personnalités du football. Cette technologie abolit les distances et permet de créer l'illusion d'être au cœur de l'Euro 2016. Nous avons rencontré son architecte.

Si vous suivez assidûment l’Euro 2016, en plus de ne manquer aucun match, vous êtes sans doute friand des émissions TV spécialement dédiées qui proposent les résumés des dernières rencontres, des analyses et des interviews de joueurs, entraîneurs et experts du ballon rond. Sur M6, l’émission phare s’appelle 100 % Euro Le Mag. Présentée en direct par Nathalie Renoux et l’ancienne star David Ginola, celle-ci se distingue des autres car elle utilise des sortes d’hologrammes pour interviewer ses invités.

On voulait donner l’illusion d’être à proximité

Les animateurs peuvent en effet s’entretenir avec les acteurs de la compétition comme si ces derniers étaient présents sur le plateau, alors qu’en réalité ils se trouvent à plusieurs kilomètres. « Pour l’Euro, on voulait être au cœur de l’événement, au cœur du stade. Comme il n’était pas évident d’installer un plateau dans chaque stade, on a vite pris le parti de faire notre plateau à Neuilly-sur-Seine et d’utiliser des technologies de réalité augmentée pour donner l’illusion d’être à proximité », nous confie Mathias Bejanin, directeur technique de M6. Le téléspectateur a ainsi l’impression que « le studio est connecté avec l’événement. Le résultat est donc beaucoup plus vivant », ajoute-t-il.

Il rappelle également que la chaîne connaît bien ces technologies. Cela fait plus de cinq ans qu’elle utilise déjà des studios virtuels — des environnements 3D synthétiques — pour ses JT. La réalité augmentée, quant à elle, a été introduite dans le journal quotidien depuis août 2015, dans le cadre d’une nouvelle formule. Cela permet d’afficher virtuellement des titres, des images et des graphiques sur le plateau, à côté du présentateur.

M6 Payet
En survêtement, chaussettes et sandales, on pourrait croire que Dimitri Payet se trouve vraiment sur le plateau en face des animateurs.

L’Euro était l’occasion idéale de mettre à profit cette expertise. Les personnalités interviewées sont filmées dans le stade, sur un fond vert. M6 utilise ensuite des logiciels de réalité augmentée pour incruster cette image sur le plateau à Neuilly-sur-Seine grâce au tracking vidéo qui permet de recréer les mouvements d’une caméra réelle sur une caméra virtuelle. C’est ainsi qu’est généré un « hologramme », incrusté en temps réel sur l’image.

Mais les joueurs ne sont pas les seuls à être téléportés. En effet, avant un match, l’animatrice Nathalie Renoux a l’habitude de rejoindre Carine Galli, qui, elle, est vraiment présente dans le stade. Pour créer cette illusion, un fond vert est également utilisé pour retransmettre l’image de la journaliste de terrain. « La mise en scène est importante. Par exemple, à chaque fois que Nathalie rejoint Carine, elle marche sur du gazon que l’on a installé sur le plateau. Ses talons s’enfoncent dans l’herbe et cela renforce encore plus l’immersion », explique Mathias Bejanin.

Cette mise en scène est également appliquée aux interviews holographiques. Les invités ont en effet un retour vidéo en face d’eux qui leur permet de savoir où il doit porter son regard. Pour éviter tout décalage entre les questions et les réponses, M6 a utilisé de la fibre optique au lieu de la retransmission par satellite, généralement utilisée pour les duplex de JT.

Mathias Bejanin souligne que la performance n’est pas uniquement technologique car au niveau de la production et de l’exploitation, le travail a également été conséquent. Le directeur technique de la chaîne évoque un à deux mois de préparation en amont car « chaque détail compte. Les regards sont très importants, ainsi que les échelles et la lumière. Il a fallu du temps et plusieurs répétitions avant d’arriver à ce résultat et que l’illusion se fasse avec une apparente facilité  ».

Vers une démocratisation de la pratique ?

Le directeur technique de M6 n’a pas confirmé que ces technologies seront appliquées à d’autres émissions de la chaîne mais il a tout de même admis que le concept pourrait se décliner à des programmes culturels. « On est régulièrement consulté par d’autres chaînes notamment étrangères car on a des processus techniques et artistiques innovants », affirme Mathias Bejanin. Effectivement, les hologrammes et la réalité augmentée apportent de nouvelles possibilités pour le monde de la télévision. En 2008, par exemple, CNN avait également utilisé ces technologies pour couvrir l’élection présidentielle.

De plus, cette opération a rencontré un franc succès auprès des téléspectateurs qui se sont enthousiasmés sur les réseaux sociaux. M6 a ainsi de bonnes raisons de réitérer l’expérience.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés