Google va progressivement fusionner Android et Chrome OS, avec un système d'exploitation unifié pour 2017. Mais Chrome OS restera tout de même soutenu par la firme de Mountain View.

Finira-t-on par y comprendre quelque chose à la stratégie de Google en matière de systèmes d’exploitation ? Le Wall Street Journal a révélé vendredi que les équipes de Google travaillaient à la création d’un nouvel OS unifié qui fusionnerait d’ici 2017 Android et Chrome OS dans un même ensemble, toujours appelé « Android ». La décision aurait pu mettre fin à la confusion créée au lancement de Chrome OS en 2009, et aboutir à supprimer enfin ce système d’exploitation dédié aux seuls PC (ce qui paraissait être d’un autre âge), mais non.

Comme l’a immédiatement fait savoir Hiroshi Lockheimer, le vice-président de Google en charge à la fois d’Android et de Chrome OS, ce dernier restera un projet développé et soutenu par Google. « Il y a un élan formidable en faveur des Chromebooks et nous sommes très attachés à Chrome OS », a-t-il assuré, précisant qu’il venait d’en acheter deux pour ses enfants, pour l’école :

Selon le Wall Street Journal, l’idée est de mettre en avant Android, y compris sur les PC, mais de conserver Chrome OS en option pour les fabricants d’ordinateurs portables. Chrome OS restera un projet open-source et des ingénieurs de Google continueront d’y travailler, mais la priorité sera au développement d’un Android disponible à la fois sur smartphones, TV, tablettes ou ordinateurs.

Une fusion incontournable à terme

Régulièrement évoquée mais déjà écartée en 2013 lorsque Sundar Pichai avait pris les commandes à la fois de Chrome OS et Android, la fusion des deux systèmes est à la fois très logique et très complexe, aussi bien techniquement que commercialement. Si Android représente 81,1 % de parts de marché avec plus de 1,16 milliard de smartphones écoulés en 2015, Chrome OS n’est installé que sur moins de 3 % des PC vendus, en grande majorité dans le secteur éducatif.

Mais même s’il est délicat, le pari d’une fusion n’est pas irréaliste. Microsoft est en passe de le réussir avec un Windows 10 qui a mis fin à Windows Mobile, avec un système unifié qui s’adapte aussi bien aux ordinateurs portables qu’aux tablettes, aux smartphones ou aux ordinateurs de bureau.

Apple, en revanche, continue de considérer que Mac OS et iOS doivent rester deux systèmes d’exploitation distincts, Tim Cook ayant même expliqué le mois dernier que fusionner les deux ne ferait qu’appauvrir à la fois Mac OS et iOS, en raison des compromis à faire pour chaque.

Toutefois la direction incontournable reste un rapprochement de plus en plus étroit entre les deux systèmes. La frontière entre ordinateurs et appareils mobiles est désormais très floue, et plus encore avec de nouveaux produits comme le Smart Keyboard d’Apple (pour iPad), le Pixel C de Google ou le SurfaceBook de Microsoft, qui permettent de transformer une tablette en ordinateur, ou vice-versa.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés