Lors du salon de l'automobile de Genève, le fabricant de pneumatique Goodyear a dévoilé sa vision du pneu du futur.

À l’occasion du 86e salon international de l’automobile qui a lieu actuellement à Genève, le fabricant de pneu Goodyear a montré sa vision du pneu de demain, et ce concept a de quoi faire rougir de honte les pneus de nos voitures actuelles.

Baptisé Eagle-360, le pneu imaginé par Goodyear est sphérique et il est relié au véhicule grâce à un système de lévitation magnétique. L’idée semble tout droit sortie d’un film de science-fiction et n’est pas sans rappeler l’Audi que conduisait Will Smith dans le film I-Robot.

1680x1050_RSQ040012.0.0
Le concept d’Audi du film I-Robot

En s’affranchissant des essieux et du format cylindrique, ces pneumatiques d’un genre nouveau pourraient améliorer le confort des passagers et réduire considérablement le bruit dans l’habitacle. Mais le principal avantage de ce nouveau format réside surtout dans l’agilité qu’il offre aux véhicules. Si les pneus sont sphériques et dénués de liens physiques avec la voiture, ils peuvent de facto s’orienter dans n’importe quelles directions.

Cette maniabilité devrait se traduire sur la route par une plus grande fluidité de la conduite et une meilleure gestion des obstacles. Mais elle pourrait surtout révolutionner la manière dont on gare nos véhicules. Ainsi, dans la vidéo de présentation de sa technologie, Goodyear nous montre sa vision du parking du futur… Et il ressemble à peu de choses près à une partie de Tetris.

Un pneu pour la voiture autonome

Le pneu de Goodyear est bien plus qu’une boule magnétique. Le constructeur explique que son concept futuriste est bardé de capteurs qui peuvent détecter les dangers, adapter la conduite en conséquence et partager l’information avec d’autres véhicules.

Toutefois, l’agilité et la connectivité de ce pneu présentent un inconvénient majeur. La voiture serait en fait tellement maniable qu’elle en deviendrait difficilement contrôlable. En tout cas pour un humain. En effet, Goodyear estime que sa technologie est bien plus adaptée aux voitures autonomes ; elles seules seraient capables de maîtriser les possibilités offertes par la roue.

«  Par la réduction progressive de l’interaction et de l’intervention du conducteur dans les voitures autonomes, les pneus joueront un rôle de plus en plus important car ils sont le seul lien avec la route », indique Joseph Zekoski, le vice-président et directeur de la technologie de Goodyear dans un communiqué.

On ne risque donc pas de voir ce concept toucher le bitume dans les prochaines années, mais il montre que la concrétisation de la voiture autonome ne touche pas que les constructeurs de produits finis.

Partager sur les réseaux sociaux

Plus de vidéos