Le 1er janvier 2018, les œuvres de personnalités décédées il y a plusieurs dizaines d'années vont entrer dans le domaine public. Pour célébrer cet évènement, le collectif SavoirsCom1 organise chaque année un calendrier de l'Avent sur ce thème.

Le mois de décembre est arrivé et avec lui la tradition du calendrier de l’Avent. Peut-être vous en a-t-on offert un pour patienter jusqu’à Noël ? Si c’est le cas, vous allez pouvoir en savourer le contenu tout en découvrant le nom de personnalités dont les œuvres vont entrer dans le domaine public le 1er janvier 2018. En effet, la nouvelle édition du calendrier de l’Avent du domaine public est sortie !

Le principe reste le même que les autres années : chaque jour du 1er au 31 décembre, le collectif SavoirsCom1, qui est à l’origine de l’initiative, dévoilera une personnalité artistique ou culturelle décédée il y a plusieurs dizaines d’années et dont les droits patrimoniaux expireront au tout début de l’année suivante. Pour 2017, nous avions eu droit à H. G. Wells, Paul Langevin ou encore John Meynar Keynes.

Calendrier avent
CC Anders Ruff

Il faut noter que cette liste n’est pas exhaustive : comme n’importe quelle sélection, elle a le désavantage d’écarter certains noms. Il y a en réalité bien plus d’artistes dont les œuvres vont figurer dans le domaine public début 2018. Simplement, il n’était pas possible de retenir plus de 31 noms. En outre, il fallait équilibrer entre les personnes connues et celles tombées dans l’oubli.

Si vous voulez aller plus loin que le calendrier de l’Avent, sachez que SavoirsCom1 donne plusieurs liens utiles pour retrouver les personnes décédées en 1947, en particulier selon les domaines artistiques (architecture, sciences, cinéma, littérature, arts plastiques, musique). Outre Wikipédia, ainsi que les sources utilisées par l’encyclopédie libre, d’autres ressources sont mobilisées, notamment la BNF.

BNF
CC Gilles Guerraz

Entrée dans le domaine public

Pour entrer dans le domaine public, rappelle SavoirsCom1, une œuvre a trois possibilités : ses droits patrimoniaux expirent ; elle ne relève pas du droit d’auteur (idées, recettes de cuisine, données brutes, formules mathématiques…) ou elle a été placée directement dans le domaine public, grâce à l’emploi de licences particulières, comme la licence Creative Commons Zero (CC0).

Dans le cas du calendrier de l’Avent du domaine public, les œuvres relèvent surtout du premier cas de figure étant donné que c’est la situation la plus courante. « Il s’agit d’une entrée ‘par la négative’ dans le domaine public : ce sont des œuvres pour lesquelles les droits d’auteurs sont tombés ». Seul subsiste le droit moral, qui perdure ad vitam æternam. En tout cas, c’est la situation selon le droit français.

Partager sur les réseaux sociaux