Stupeur à Arlington, Virginie. Un van Ford défraye la chronique dans cette ville voisine de DC : sans conducteur, le véhicule effraie les locaux qui pensent à des essais non autorisés de robots. C'était en réalité un homme cherchant à se faire passer pour un siège.

À Arlington, une affaire pleine de mystères a tenu en éveil les local news et les médias technologiques américains : un van Ford, inconnu des technophiles, sillonnait les routes de ce patelin, sans conducteur. Voiture autonome ? Transformers ? Robots malveillants ?

Le suspense s’est prolongé jusqu’à la découverte d’un homme se faisant passer pour un siège, conduisant le van Ford.

Homme-siège

La gazette en ligne Arl Now  a enquêté sans répit sur ce véhicule gris troublant : dès le 3 août, la voiture fantôme est identifiée par les habitants. Une vidéo est dévoilée par le média : on y voit le van Ford s’élancer sur un carrefour sans conducteur à son bord. Du moins en apparence. L’affaire est lancée sur la rive du Potomac.

Les rumeurs enflent : il s’agirait d’une société de tech discrète qui testerait dans le secret sa technologie révolutionnaire. Il pourrait même s’agir des jeunes cerveaux éclairés de Virginia Tech, l’institut technologique à quelques kilomètres au sud d’Arlington.

Finalement, lundi, Adam Tuss qui couvrait l’affaire pour NBC 4fait une déroutante découverte à bord du van : le siège du chauffeur, bien que vide, possède deux mains et deux jambes. Tuss comprend qu’il s’agit d’un homme déguisé en siège, il tente une interview spontanée, mais le troublant homme-siège démarre en trombe et brûle un feu pour semer le reporter.

Arl Now n’a pas lâché l’affaire  : le média a contacté les autorités, qui ont confirmé que les tests de véhicules autonomes étaient autorisés sur les routes du comté. Toutefois, la police n’a pas d’information concernant l’homme-siège : il ne s’agit pas d’un programme officiel.

Les plus geeks ont observé que le van Ford disposait de caméras à l’extérieur ainsi que d’un LiDar. Toutefois, comme le note Greg Rogers, le gros capteur n’était présent que sur certaines vidéos. Parfois, le véhicule mystérieux sortirait sans son LiDar. Ce n’est donc probablement pas une voiture autonome, mais cette observation ne répond pas à la vraie question qui traverse l’affaire depuis qu’elle a émergé : pourquoi un homme-siège ?

Il faudra attendre que ce lundi, le mystère soit enfin éclairé par NBC 4. La chaîne ayant dépêché des reporters pour en finir avec cette troublante enquête, elle a pu découvrir qu’en effet, le Virginia Tech opérait des tests dans la région. Or l’homme-siège faisait partie d’une étude qui cherchait à mesurer l’acceptation possible des véhicules sans chauffeur dans les villes. Le costume du chauffeur est une création originale de l’institut, qui explique : « La zone chauffeur a été personnalisée afin de rendre le chauffeur moins visible tout en lui laissant la possibilité de surveiller la conduite et réagir à son environnement.  »

Partager sur les réseaux sociaux