On connaissait depuis des siècles le maquillage que nombre de femmes se mettent sur le visage. Il faudra peut-être se faire aussi à l'idée d'un maquillage virtuel automatisé lorsqu'elles se filment sur Internet. C'est en tout cas la promesse gênante d'une startup chinoise, qui surfe sur l'obsession de l'apparence exprimée par les jeunes chinoises.

Au chapitre des dictatures de l’apparence, on pourra bien ajouter une page sur les technologies chinoises, qu’on aurait aimé ne jamais voir le jour. Le South China Morning Post rapporte en effet qu’une startup de Shenzhen, dont il ne donne pas le nom, sortira au mois de novembre prochain une petite caméra Wi-Fi dont la seule fonction est de rendre les femmes soit-disant plus belles, lorsqu’elles se filment en live sur Internet.

Le journal raconte qu’en Chine, les applications à la Periscope ou Facebook Live qui permettent de se filmer sont légion (il y en aurait 116 de référencées sur les boutiques d’applications mobiles, dont 108 ont trouvé des investisseurs) et rencontrent un succès immense, en particulier auprès de jeunes femmes qui courent après la célébrité et seraient « obsédées » par leur apparence physique.

chine-fille-smartphone
CC Steve Calcott

Pour satisfaire l’obsession de ces femmes, l’appareil disposerait d’un processeur spécialement conçu pour réaliser quelques opérations de chirurgie esthétique virtuelle,  en temps réel. Ce n’est plus « miroir, dis-moi qui est la plus belle », mais « miroir, fais que je paraisse être la plus belle ».

Conçue selon les canons de beauté actuels en Chine, la caméra serait ainsi capable d’estomper les rougeurs sur les joues, d’amincir le visage, de blanchir la peau, ou encore d’élargir les yeux, le tout pendant la diffusion de la vidéo sur Internet. On peut craindre que le résultat soit bien plus terrible que la réalité, mais il faut surtout souhaiter que les utilisatrices reviennent au naturel et s’assument telles qu’elles sont, et non telles qu’une certaine société leur impose d’être.

Espérons, aussi, que les Européennes ne se laissent pas convaincre par une telle mode plus artificielle encore que le maquillage.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés