One Piece Gold est le treizième film adapté du manga One Piece et sort le 2 novembre en France. Drôle et bien rythmé, il respecte à la perfection l'univers de l'œuvre de base mais manque un peu d'innovation.

Soyons logiques. Si vous n’avez pas lu les 79 tomes de One Piece sortis en France ou vu l’infinité d’épisodes qui composent l’anime adapté de ce manga, vous feriez mieux de ne pas aller voir One Piece Gold, D’une part, car vous ne comprendrez rien à l’intrigue. Mais surtout, d’autre part, vous ne vous sentirez pas à votre place au milieu des autres spectateurs en délire, applaudissant et criant au moindre événement marquant de ce treizième long-métrage inspiré du manga fleuve d’Eiichiro Oda.

Car oui, ce film est tout bonnement génial pour les nombreux amateurs de la série. Tout au long du visionnage, le fanboy ou la fangirl qui est en vous sera euphorique, parfois en extase, et se pâmera de joie devant ce long-métrage. Action, humour, dynamisme… Toutes les qualités qui font le succès des aventures de Luffy et son équipage y sont parfaitement retranscrites, sublimées par une animation de qualité.

Mais alors, serait-ce un sans faute ? Oui et non. Le film gère parfaitement son fan service en offrant tout ce que l’on attend d’une œuvre inspirée de l’univers de One Piece. Mais justement, presque tout est un peu trop prévisible et on regrette seulement que Gold ne fasse pas preuve d’un peu plus d’ambition et d’innovation dans ce qu’il propose de voir. Mais commençons par le commencement. Avec un peu de spoilers.

Dans ce film, après avoir vaincu Don Quichotte Doflamingo à Dressrossa, l’équipage du Chapeau de Paille débarque sur Grantesoro, une énorme ville flottante construite en or, où le divertissement est roi. Les personnalités les plus riches du monde viennent miser leur fortune au casino et admirer des spectacles extraordinaires. À côté, dans la vraie vie, Las Vegas passerait pour la ville la plus calme du monde. Ce colossal empire doré est contrôlé par son fondateur, Gild Tesoro, véritable showman, grandiose et tout puissant. Mais ce pays, malgré son éclat apparent, fonctionne sur un terrible système. En effet, toute personne trop endettée devient esclave, condamnée à travailler dans la misère pour espérer pouvoir rembourser une somme d’argent bien trop élevée.

Luffy et les huit autre pirates qui forment l’équipage vont vite être confrontés à cette face cachée de Grantesoro et seront amenés à combattre pour pouvoir s’en échapper.

One Piece Gold
Dresscode exigeant mais Franky se baladera toujours en slip.

L’univers du manga parfaitement respecté

Réalisé par Hiroaki Miyamoto, One Piece Gold est le troisième long-métrage « certifié » par Eiichiro Oda. À l’instar de Strong World et Z , l’auteur de la série originale a supervisé la conception et le look des personnages ainsi que certains éléments du décor. Tout en étant un argument commercial, cette collaboration est aussi un gage de qualité. Et en effet, tout dans le film est fidèle à l’ambiance survoltée de One Piece. 

L’humour, tout d’abord, fait mouche presque à chaque fois. La stupidité de Luffy, la cupidité de Nami, les frasques amoureuses de Sanji et un Chopper toujours aussi adorable et naïf sont autant de ressorts comiques bien distillés du début à la fin. Les éclats de rire, francs et communicatifs, sont nombreux dans la salle de cinéma. Le comique de situation est également au rendez-vous car comme souvent, l’équipage du Chapeau de Paille est complètement loufoque, braillard et absurde, en décalage total avec l’environnement dans lequel il évolue.

One Piece absurde
Les Chapeaux de Paille ou l’équipage de pirates le plus débilement drôle de la planète.

Cela n’empêche pas du tout Luffy et sa bande de pirates d’être ultra-badass dans les moments opportuns. Certains passages vous donneront des frissons et vous ne tiendrez plus en place sur votre siège. Dans la première scène de combat notamment, chaque personnage principal apparaît avec le montant de la récompense offerte pour sa capture et le rendu esthétique est vraiment classe. Mention spéciale à Zorro qui, comme à son habitude, envoie du rêve dès sa première réplique.

Dans One Piece, on est habitué à voir régulièrement de nouveaux lieux puisque les protagonistes voyagent d’île en île et sont sans cesse confrontés à des cultures et modes de vie différents. Cet aspect « découverte », essentiel dans l’identité du manga, est bien traité dans le film. Grantesoro se dévoile superbement dans un déluge luxueux d’or, strass et paillettes. Tout est fait pour que l’on en prenne plein les yeux dès le début et c’est bien réussi. Le tout est surmonté d’une bande son un peu jazz très agréable et bien rythmée qui laisse place à une musique qui se veut plus épique lors des scènes de combats.

Grantesoro
Grantesoro, le luxe jusque dans l’excès.

Divertir sans innover

Gild Tesoro est le principal ennemi des Chapeaux de Paille dans ce film. Il a mangé un Fruit du démon au pouvoir extrêmement puissant et dont tout le potentiel est très bien mis en application. Incroyablement arrogant, il est assez charismatique et représente un sérieux challenge pour Luffy. Un flashback — trop rapide mais efficace — permet d’en savoir plus sur son passé et apporte un background bienvenu au personnage un peu trop manichéen — surtout si on le compare à l’antagoniste de One Piece Z, dont l’histoire est mieux développée. Il est toutefois regrettable qu’il soit, par plusieurs traits de sa personnalité, un peu trop ressemblant à Doflamingo, le dernier adversaire de taille auquel s’est frotté l’équipage dans la diégèse originale de l’œuvre.

Pour ne pas vous spoiler le film nous n’en révélerons pas plus. Mais sachez que, côté combat, vous ne serez pas déçu. D’autant plus que l’animation dynamique et bien orchestrée retranscrit bien la force des coups portés. Les images s’enchaînent vite mais toujours de manière intelligible.

Gild Tesoro
Gild Tesoro, arrogant et détestable.

Ainsi, le film réussit à être excellent sans innover. On a tout ce que l’on souhaite en tant que fan mais on n’est pas surpris. Par exemple, plusieurs personnages secondaires très appréciés par la communauté One Piece apparaissent tout au long du film. On est heureux de les voir, mais, avec le recul, on se rend compte qu’ils n’ont malheureusement fait que de la figuration.

Le long-métrage provoque ainsi un étrange paradoxe car il s’avère excellent tout en restant parfaitement convenu. Mais on ne peut vraiment le lui reprocher. Après tout, le film utilise des codes déjà pré-établis par le manga de base et s’adresse aux fans en leurs offrant ce qu’ils souhaitent : de la baston et de l’humour absurde. One Piece Gold n’a pas pour objectif de révolutionner les films d’animation et il faut donc le prendre pour ce qu’il est : un divertissement de pop culture. On ne s’ennuie jamais, on rit et on frissonne.

Un bon film, en somme.

One Piece Gold

En bref

One Piece Gold

Impossible de détester One Piece Gold. Le film assure en termes de combats d'anthologie et d'humour absurde, très fidèle à l'univers du manga d'Eiichiro Oda. On ne s'ennuie jamais grâce à une réalisation dynamique et une animation de bonne qualité. 

Petit regret sur le manque d'ambition du film qui se cantonne au simple divertissement mais on ne saurait lui en tenir rigueur car, après tout, c'est ce que l'on attendait de lui. Un film à aller voir sans hésiter pour tous les fans de One Piece. 

Top

  • L'humour
  • L'animation
  • Les moments badass

Bof

  • Pas innovant
  • Certains personnages sont inutiles
  • Un adversaire trop manichéen

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés