Vous connaissiez les affrontements et les clash des rappeurs en plein ego-trip ? Kim Kardashian est en train de forger une nouvelle tradition du rap game : le shaming des petits camarades du show-business sur les réseaux sociaux. Taylor Swift en est la première victime.

#KimExposedTaylorParty

Ce hashtag mystérieux est en trending topic depuis plus de 24 heures, et cela même en France. Pour ceux qui préfèrent le Tour de France et Pokémon Go aux frasques de Hollywood, le mot-dièse revêt une forme de mystère. En réalité c’est très simple : Kim Kardashian a démasqué Taylor Swift dans une vieille affaire, et les internautes du monde entier célèbrent l’événement joyeusement, à coup de blagues.

En très raccourci, la chère et tendre de Kanye West, Kim K, a décidé de remettre de l’ordre dans les rumeurs qui couraient autour de son amoureux. Notamment à cause de Taylor Swift, qui n’en finit plus d’attaquer Kanye West pour son rap Famous dans lequel la chanteuse est drop-namée en toute poésie : « I feel like me and Taylor might still have sex — Why ? I made that bitch famous (God damn) — I made that bitch famous  ».

En somme, Kanye West avait décidé d’écrire sur Taylor Swift depuis le début de la création de son album The Life Of Pablo car entre eux, la discorde est lancée depuis des années. Kanye avait déjà rabaissé Taylor Swift en 2009, lorsque cette dernière avait reçu un prix au Video Music Awards. Le rappeur était alors monté sur scène pour expliquer que Beyoncé méritait davantage la récompense que la jeune chanteuse qui s’essayait à la country.

Depuis, de l’eau a coulé sous les ponts, mais Kanye n’aime toujours que très peu la chanteuse… en apparence au moins, beaucoup affirment que leurs luttes est une mise en scène. Quoi qu’il en soit, entre temps, Taylor, la petite fiancée de l’Amérique blanche a arrêté la country, pour aller, accompagnée de ses producteurs, s’essayer à une pop plus généraliste et plus moderne.

En parvenant à décrocher un featuring avec Kendrick Lamar pour Bad Blood, la petite blonde a réussi à se légitimer d’une crédibilité hip hop pourtant inexistante dans sa culture personnelle, à grand renfort de marketing. Mais le débat n’est pas là. Depuis les VMA, Kanye West poursuit son égo-trip en tentant dès qu’il en a l’occasion de lance une petite attaque contre la chanteuse, sans autre forme de procès.

Taylor a menti is the new Clinton a menti

Lorsque The Life Of Pablo sort, la chanson Famous est enfin découverte par Taylor Swift, qui, ne s’y trouvant pas à son avantage (cf. les paroles) dénonce publiquement le caractère misogyne de Kanye et du rap américain. Son affirmation ne fait pas trop de doute, mais Taylor Swift a tout de même un petit souci.

Car voilà, le rappeur prétend avoir prévenu Taylor de son apparition dans la chanson — celle-ci dément. C’est alors que la première fan de Kanye, sa fidèle amoureuse Kim Kardashian, rentre dans l’affrontement et se mêle de l’histoire. La star de télé-réalité jure que Taylor a vraiment reçu un appel de Kanye et qu’elle ment publiquement sur cette affaire.

Toutefois, jusque là toutes les attaques se cantonnaient à Twitter ou lors de passage dans les médias. Mais cette nuit, Kim K. a tenté de conclure l’affaire Swift en publiant sur sa Story Snapchat une partie d’un épisode de Keeping Up With The Kardashian dont la diffusion est prévue pour ce soir. Dans cette épisode on voit son amoureux et elle en train d’appeler… Taylor Swift. En plein enregistrement de son futur album, Kanye veut s’assurer que la chanteuse est en accord avec l’idée d’apparaître dans les punchlines, un mal que ne prennent normalement pas les rappeurs.

Le problème que fait sortir l’enregistrement, au-delà du fait qu’il s’agit d’un Tweet d’une Story Snapchat d’un enregistrement d’un Mac prévu pour la télé, étant que Taylor Swift dément absolument tout ce qu’elle et son parte-parole avaient jusque-là dit sur Famous : « Je suis vraiment heureuse que tu aies eu le respect de m’appeler et de me prévenir, en tant qu’ami, à propos de la chanson. C’est vraiment un truc cool à faire, une belle preuve d’amitié. Alors merci. Et tu sais, si les gens m’en parlent, je pense que ce serait formidable pour moi de dire : « regardez, il m’a appelé et expliqué pour la ligne avant qu’elle ne paraisse. […] » Juste après que la chanson sorte, je serai sur le tapis rouge des Grammy et on me parlera de ça et je dirai : « il m’a appelé. » C’est… incroyable que tu sois si sincère, et tout le monde dira Yeah, she does, it made her famous !  »

Après la publication de la vidéo et le début de la #KimExposedTaylorParty, Taylor Swift refait valoir ses arguments et ceux de ses portes-paroles dans l’affaire par l’intermédiaire de Twitter :

En l’occurrence Taylor a un argumentaire bien calculé sur l’appel, mettant en lumière deux éléments qu’elle ignorait lors de la conversation : premièrement, le fait que celui ci soit enregistré et filmé et deuxièmement que la version que Taylor a coécrite ne contenait pas bitch.

Le plan de West-Kardashian était en réalité prêt depuis longtemps, Kim avait annoncé dans sa très longue interview à GQ qu’elle possédait les vidéos de l’appel et que celles-ci discréditeraient Taylor. Elle explique également que les vidéos ont été naturellement tournées par le vidéaste personnel de Kanye qui filme l’intégralité de la vie du rappeur pour la postérité (sic).

Voilà pour l’histoire.

Générateur de memes

L’affaire West-Swift est donc un mélodrame burlesque et pathétique, sur fond de télé-réalité et d’émojis, dans laquelle l’origine du drame est incroyablement anecdotique. Une célébrité se plaignant d’une punchline d’un rappeur ? L’histoire est étonnamment insignifiante en comparaison de l’onde de choc qu’elle a produit. Ce qui rend peut-être ce mélodrame si inédit pour ses spectateurs, c’est l’incroyable documentation que les célébrités des deux camps ont produit sur cet épisode de leur vie. Taylor Swift a rédigé plusieurs communiqués, transmis via les réseaux sociaux et ses portes-paroles, et les West-Kardashian ont également inondé des images de leur vie la presse, les réseaux sociaux (Snapchat en priorité) et bientôt la télévision.

Ce lundi, les proportions prises par ce que les médias américains qualifient déjà de downfall étaient clairement surprenantes. Des twittos du monde entier ont contribué à cette néo-lapidation malsaine de Taylor Swift. Des stars récemment en différent avec Taylor Swift ont également chargé la chanteuse. Il s’est en fait organisé une coalition contre elle de part et d’autre de l’industrie, à la manière d’une cour de récré géante qui trouve son nouveau jeu : 

Heureusement que loin de la cruauté étrange d’une si inintéressante anecdote, il s’est caché quelques memes cinglants.

Et en réalité, c’est peut être là toute l’affaire West-Swift : des célébrités dopées aux caméras et aux réseaux sociaux qui alimentent éternellement une grosse boîte à lol automatique. Nous assistons à moitié consentant, vautré dans le second degré, au cirque de l’ironie, comme pour respirer durant un été bien moins léger qu’une télé-réalité…

Et à ceux qui voudraient plaider pour la non-affaire, toute la presse américaine a déjà son argumentaire : difficile de trouver, aux États-Unis, plus important qu’un homme noir qui veut prouver qu’il n’a pas menti en pleine crispation sociale après les crimes policiers récents. L’épiphénomène people incarné par deux stars est peut-être un miroir simplifié des problèmes profonds de l’Amérique, sexisme et racisme en tête.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés