Réalisé par Eiichi Yamamoto, le film d'animation Belladonna arrive aujourd'hui au cinéma en France, 43 ans après sa sortie initiale au Japon, dans une version restaurée en 4K. L'œuvre est considérée comme un monument méconnu du genre.

Belladonna. Ce nom ne vous dit peut-être rien, mais pour les aficionados de l’animation japonaise, il désigne un trésor précieux, longtemps perdu et enfin retrouvé. Réalisé par Eiichi Yamamoto, ce film est encensé par l’ensemble de la critique et sort enfin au cinéma en France, dans une version restaurée en 4K, 43 ans après sa sortie au Japon.

Le film raconte l’histoire de Jeanne, une paysanne, abusée par le seigneur de son village. Humiliée et révoltée, elle s’enfuit du village et pactise avec le diable dans l’objectif de satisfaire son désir de vengeance. En basculant dans la sorcellerie, Jeanne s’affirme et se libère, notamment sexuellement et entre en communion avec la nature. Sa quête est une succession d’aventures psychédéliques, esthétiques et carrément hallucinogènes qui l’amènent à une métamorphose. Féministe, sexuel et subversif, le long-métrage sorti en 1973 s’inscrit dans la contre-culture émergente de son époque.

En France, ce film bénéficie d’ailleurs d’une résonance toute particulière puisqu’il s’agit d’une libre adaptation de La Sorcière, une nouvelle parue en 1862 et écrite par l’historien parisien anti-clérical Jules Michelet.

Belladonna 2

Il est curieux de voir que le film a attendu 43 ans après sa sortie initiale pour enfin débarquer sur les grands écrans français. Cela peut s’expliquer par le fait que Belladonna n’a jamais vraiment connu de succès commercial. Au cours de sa carrière, le réalisateur Eiichi Yamamoto a pourtant collaboré avec des personnalités importantes du milieu — tels qu’Osamu Tezuka, créateur de l’œuvre culte Astro Boy — et est reconnu par ses pairs. Même le célèbre Hayao Miyazaki considère son œuvre comme une  source d’inspiration.

Mais son studio, Mushi Production, a fait faillite juste après la sortie de l’œuvre. Belladonna n’a donc pas bénéficié d’une importante distribution à l’étranger au moment de sa sortie. En outre, dans les années 70, les œuvres cinématographiques nippones ne suscitaient pas le même intérêt en Occident qu’actuellement. Mais aujourd’hui, alors que les mangas et l’animation japonaise ont conquis le grand public à travers le monde, cette nouvelle sortie pourrait permettre au film de renaître.

Il n’aura sans doute aucun mal à attirer les fans de la première heure dans les salles mais il pourrait également toucher un nouveau public aujourd’hui friand de produits culturels venus du Soleil Levant. Distribué par la boîte indépendante Eurozoom, Belladonna rencontrera peut-être enfin le succès qu’il mérite. Il est en tout cas visible dans les salles obscures depuis le 15 juin.

Partager sur les réseaux sociaux

Plus de vidéos