Plusieurs stagiaires impliqués dans le développement du jeu vidéo Lynn and the Spirits of Inao, actuellement proposé en financement participatif sur Kickstarter, s'en prennent au studio Bloomylight, accusé d'avoir des pratiques complètement hors des clous.

Mise à jour – le financement annulé

La page Kickstarter de Lynn and the Spirits of Inao affiche désormais que la campagne de financement a été annulée par le studio. Bloomylight a désormais expliqué cette démarche avec commentaire suivant, en anglais, déclarant que les « erreurs du passé » étaient en train de porter préjudice au projet. Le studio met donc fin non seulement à la campagne Kickstarter mais également à son projet de 5 ans. « Il est regrettable qu’une poignée d’individus aient pu détruire l’œuvre de tant de personnes et qu’ils aient dépensé tant d’énergie pour provoquer un acharnement d’une incroyable violence contre notre équipe. » déplore le studio.

Lynn and the Spirits of Inao Canceled by Bloomylight Studio — Kickstarter
Une des étudiantes concernées à également répondu dans les commentaires que tous les stagiaires impliqués dans cette histoire engageront des poursuites contre leur maître de stage et fondateur du studio. La firme ne serait en effet constitué que de cette unique personne selon elle, et devra répondre de ses actions devant la justice. « Je suis juste soulagée que l’argent des donateurs soit désormais en sécurité. C’est tout ce qui compte finalement. » termine-t-elle.

Article du 18 mai – version originale

Le projet de crowdfunding du jeu Lynn and the Spirits of Inao du studio Bloomylight était en bonne passe de se concrétiser jusqu’à ce qu’affluent des témoignages de stagiaires sur leurs conditions de travail.

Lynn and the Spirits of Inao est en effet un projet jeu vidéo de Bloomylight, un petit studio indépendant dont l’ambition est de créer un jeu de plateforme 2D avec une direction artistique s’inspirant des films d’animation Ghibli. Pour donner un coup de pouce au projet, du fait de ses moyens modestes, le studio lance le 3 mai une campagne de financement participatif. L’objectif est d’atteindre le palier des 53 000 euros, afin d’avoir un budget pour créer davantage de contenus et d’embaucher un programmeur. En effet, le précédent informaticien a quitté l’aventure, car le studio ne pouvait plus le rémunérer.

Aucun stage rémunéré

Jusqu’ici, cette histoire pourrait être celle de dizaines de petits studios cherchant à percer dans le domaine vidéoludique, en misant sur l’aide des internautes pour faire aboutir leur projet, faute de pouvoir bénéficier d’un financement autrement. Mais en grattant le vernis de la présentation sur Kickstarter, on s’aperçoit bien vite que l’histoire de Bloomylight a pris une tournure singulière par rapport à d’autres studios.

C’est en tout cas ce qui ressort des commentaires laissés sur Kickstarter. À en croire les témoignages, ce n’est pas seulement un seul programmeur qui n’a pas pu être payé, mais une ribambelle d’étudiants qui ont défilé en tant que stagiaires au sein de Bloomylight. Tout a commencé par un premier message publié sur Facebook, relayé ensuite sur Twitter, qui a visiblement poussé plusieurs individus à prendre la parole.

Le témoignage de l’étudiante  à l’origine de l’affaire est assez édifiant. Elle explique d’abord que les locaux du studio en question se nichaient en fait dans l’appartement de leur maître de stage, un 20 m² transformé en open space dans lequel s’entassaient pas moins de cinq stagiaires à la fois.

Cette valse des étudiants aurait été mise en place il y a plus de 5 ans, date du début du projet, sans que les écoles concernées n’aient vraisemblablement tiré la sonnette d’alarme, si elles étaient au courant. Dans son rapport de stage, une autre étudiante fera d’ailleurs remarquer dans ses notes, en bas de page, que le nombre de stagiaires ne doit pas normalement excéder trois personnes dans ce cas de figure.

Rapport de Stage.pdf SENDBOX
Un rapport de stage qui fait aussi un point juridique.

Pire encore, de nombreux stages dépassant les deux mois n’ont pas été rémunérés. Selon les témoignages, le maître de stage et fondateur du studio expliquait même en avance qu’il ne paierait pas les stagiaires, même ceux dont la période excédait les deux mois, mais qu’il exigeait d’eux la signature d’un document affirmant le contraire, afin d’éviter des ennuis ultérieurs.

Pourquoi alors ne pas protester contre des méthodes visiblement excessives ? La peur de se « faire griller » dans le milieu du jeu vidéo pour avoir offensé un de leur pair a joué dans l’esprit de certains participants au projet. D’autres ont craint que cela ne mette en péril le déroulé de leurs études ou fasse une tache dans leur dossier scolaire.

« J’ai informé ma coordinatrice, elle m’a dit qu’elle en prenait compte, et que si ça n’allait pas que je n’hésite pas à lui en faire part, elle était très compréhensive. Mais dans tous les cas, si je quittais le stage, j’allais doubler mon année, car ça faisait partie des prérequis  » a ainsi expliqué une troisième étudiante.

C’est en découvrant que le studio lançait une campagne pour récolter des fonds et en voyant les travaux utilisés sans citer les designers que les langues ont commencé à se délier.

Un « jeu vidéo » sans jeu

À cette gestion catastrophique des stagiaires, et visiblement hors des clous de la légalité, s’ajoutent des doutes sur le sérieux du projet à long terme. D’abord, parce que Lynn and the Spirits of Inao est dans les cartons depuis cinq ans et que plusieurs étudiants ayant participé à la valse des témoignages, sur Kickstarter ou ailleurs, affirment que le jeu n’a toujours pas une seule ligne de code.

L’essentiel du travail fourni aurait été purement graphique, avec des animations 2D et 3D, et de la création de décors et de personnages. « En 5 ans il n’a fait pas plus de deux décors et 2 personnages » détaille la troisième étudiante. « Il faisait tout à l’envers, un peu comme si vous avez comme projet de faire un film, et que vous créez les t-shirt avant d’avoir fini le scénario ».

L’étudiante fournissant le rapport de stage explique également que les travaux étaient faits « à l’aveugle », puisque les designers en herbe n’avaient aucune base sur laquelle travailler. C’était se demander si le jeu aura même un scénario. En somme, les images animées que l’ont peut contempler sur la page Kickstarter ne sont rien d’autre que ce qu’elles montrent : des images .gif.

Rapport de Stage.pdf SENDBOX2

Au regard des griefs adressés à l’encontre du studio derrière Lynn and the Spirits of Inao, difficile de ne pas voir derrière ce projet Kickstarter une entourloupe bien ficelée qui, en cas de financement complet, finirait tôt ou tard par se transformer en arnaque pour tous les donateurs.

Aujourd’hui les étudiants réclament, a minima, la reconnaissance de leur travail acquis illégalement. La page Kickstarter ne mentionne en effet aucun des stagiaires présents, qui ont pourtant effectué la majeure partie du travail pendant ces cinq années. D’autres envisagent d’obtenir gain de cause en engageant des poursuites. « Personnellement je ne fais pas ça pour l’argent, de base j’avais signé un contrat en sachant que je ne serai pas rémunérée, j’avais signé par passion et par conviction pour ce jeu, mais c’était sans connaître la réalité du studio. » explique la première étudiante.

« En ce qui concerne le Kickstarter, nous avons tous reçu le même mail, où il nous invite à partager le projet en disant que ça sera positif pour nous. J’ai répondu que j’espérais qu’il mentionne nos noms, et que dans la somme du Kickstarter il compte tout l’argent qu’il doit aux stagiaires » raconte une autre.

giphy (21)

Cette affaire ne doit toutefois pas occulter le fait que de nombreux autres stages dans le domaine du jeu vidéo se déroulent tout à fait normalement. C’est ce qu’ont voulu préciser bon nombre d’étudiants, en soulignant que cette mésaventure n’était absolument pas représentative des conditions de travail des autres stagiaires dans le milieu du jeu vidéo.

Nous avons tenté de contacter le principal intéressé afin de lui donner la possibilité de s’expliquer sur les critiques et les accusations qui lui sont adressées, mais nous n’avons pas eu de réponse pour le moment.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés