La vidéo à la demande par abonnement se diffuse en France, mais les clients sont encore rares. C'est ce que dévoile une récente étude de Médiamétrie. Ce type de divertissement est pourtant bien connu.

La vidéo à la demande par abonnement (SVOD) a encore beaucoup de chemin à faire pour convaincre les Français. Une enquête menée sur Internet par Médiamétrie au cours des deux dernières semaines du mois de novembre 2015 montre en effet qu’une toute petite minorité de la population s’est laissée séduire par les plateformes de SVOD.

Sur les 4 137 internautes questionnés, juste 12 % d’entre eux ont dit avoir « franchi le pas » en s’abonnant à une offre, c’est-à-dire en allant au-delà de la période d’essai gratuit. Pour prendre l’exemple de Netflix et CanalPlay, qui sont les deux principaux services en la matière dans l’Hexagone, celle-ci dure un mois.

Typologie de SVODiste

Et ce n’est pas tout. Encore rares sont les internautes qui ont effectivement testé la vidéo à la demande par abonnement. Ces derniers représentent en effet un peu moins de la moitié de ceux qui ont déjà pratiqué la vidéo à la demande sans abonnement (VOD). Et ils ne sont pas bien nombreux non plus : à peine 30 % des internautes.

L’étude offre toutefois des lueurs d’espoir aux opérateurs de SVOD. Les Français n’ignorent pas l’existence de ces nouvelles plateformes de divertissement. Près de deux tiers (65 %) des sondés ont indiqué connaître la SVOD. Mais très clairement, les services ont encore du pain sur la planche pour les convaincre de se lancer.

Le prix des offres SVOD reste critiqué.

Le prix reste le principal frein pour les utilisateurs. Les offres proposées sont jugées trop chères par 42 % des répondants, tandis 37 % des sondés affirment qu’une baisse pourrait les pousser à s’abonner. À l’heure actuelle, les prix mensuels vont de 8 à 12 € pour Netflix et de 8 à 10 €pour CanalPlay, selon le type d’abonnement.

Mais une fois qu’ils y ont goûté, les usagers sont disposés à continuer leur abonnement. C’est le cas de près de 3 internautes sur 4 (73 %). Pour les services, cette fidélisation est capitale, d’abord pour se doter d’une base stable de clients dans le temps et ensuite pour éviter d’être trop exposé à la concurrence.

Retrouvez tous les chiffres du streaming en France et dans le monde sur cet article !

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés