Le premier novembre, Wikipédia a atteint son cinq millionième article en anglais, étendant encore les sujets et la diffusion du savoir.

Le Persoonia terminalis, arbrisseau australien, n’aura jamais connu une telle popularité. Il fait l’objet du cinq millionième article anglophone publié sur Wikipédia, un chiffre symbolique atteint ce lundi premier novembre à 12h27. Lancée en janvier 2001, l’encyclopédie collaborative a connu un succès exponentiel, jusqu’à atteindre les 8,5 milliards de vues mensuelles. Toutes langues confondues, elle compte 36,4 millions d’articles dans 289 langues, gérés par plus de 4 000 administrateurs.

Cas Liber, auteur de l’article sur Persoonia terminalis, mais aussi créateur de presque 1 500 articles sur la plateforme, estime que « Wikipédia donne une chance de trouver un sens au chaos ». Cela reste la vocation de Wikipédia : être la plus grande et la plus complète des encyclopédies au monde, capable de couvrir toujours plus de sujets, de partager plus de savoirs et d’étendre toujours plus loin la connaissance.

Wikipédia donne une chance de trouver un sens au chaos

La branche anglophone de l’encyclopédie se félicite de cette nouvelle étape, atteinte six ans après son trois millionième article. Son communiqué en profite pour rappeler que « Wikipédia est écrit par les personnes qui l’utilisent ». Il incite les lecteurs à contribuer au projet, en éditant d’anciens articles, en participant aux discussions en accord avec la charte de bonne conduite ou en créant de nouveaux sujets.

La branche francophone est encore loin derrière, avec une encyclopédie tout de même honorable de 1 690 814 articles, ce qui la place en cinquième position, derrière l’anglais, le suédois, l’allemand, et le néerlandais. La représentation de chaque langue sur Wikipédia peut devenir un enjeu national : on se souvient de la campagne menée par le président arménien l’année dernière, pour que chaque citoyen écrive un article dans la langue de son pays. Plus qu’un simple outil de rayonnement international, c’est aussi une manière de multiplier les perspectives et les approches du savoir, sans céder à l’uniformisation de l’information anglophone.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés