Après un an d'absence dans la métropole texane, les deux éternels rivaux du VTC reviennent à la charge malgré les lourdes règles adoptées par la mairie en 2016. Entre temps, la plus progressiste des villes texanes a inventé son RideAustin qui rivalisera bientôt avec Uber et Lyft.

Prise en étau entre les règles municipales et les règles texanes, la situation des VTC à Austin semble se dégager.

Il y a un an la municipalité de la plus à gauche des villes texanes alourdissait considérablement la législation locale à destination des VTC, boutant ainsi Uber et Lyft en dehors de la ville. Mais grâce au ping pong législatif qui se joue entre l’état texan et la municipalité, les lois adoptées l’an passé vont disparaître au profit d’une législation à l’échelle du Texas. Ce qui pour Uber et Lyft est la promesse d’un retour dans la ville du SXSW.

Austin, Blue Bird Lake

Alexandra Samuels, du Texas Tribune, a en effet révélé hier soir que deux portes-paroles, pour les deux sociétés, lui ont déjà confirmé la préparation de ce retour dans les rues d’Austin. Les entreprises qui guettaient la finalisation de la législation texane n’ont pas perdu de temps pour annoncer la réouverture de leurs services.

Les deux applications fonctionneront à nouveau à Austin dès la semaine prochaine selon les portes-paroles.

Néanmoins, elles trouveront dans la ville, ironiquement surnommée La République Populaire d’Austin, un nouveau venu : RideAustin. Une startup fondée par des Austinois pour remplacer Uber et respecter les législations locales. Plus éthique, caritative et sympathique selon les locaux que les deux géants, RideAustin a désormais deux Goliath à affronter.

À lire sur Numerama : Austin, démocratie locale et Uberxit  : comment l’arrêt d’Uber et Lyft a provoqué un chaos

Partager sur les réseaux sociaux