Après avoir quitté la prison, l'ancienne informatrice de WikiLeaks s'affiche telle qu'elle est : jeune, fière et prête à goûter à une vie volée. Chelsea Manning se laisse enfin pousser les cheveux après avoir souffert des coupes réglementaires du pénitencier et s'apprête à travailler avec Laura Poitras.

« Ok, donc me voilà tout le monde ! !  » écrivait ce jeudi Chelsea Manning au monde qui observe depuis mercredi la lanceuse d’alerte retrouver la liberté. Pour la jeune femme, cette première photo était l’occasion d’être, enfin, pour le regard du monde celle qu’elle veut. Les yeux légèrement maquillés, les lèvres relevées de rouge, et les cheveux plaqués, Manning veut nous faire oublier les photos que l’armée américaine diffusait aux médias.

Okay, so here I am everyone ! ! 😜 . CC BY-SA ! . #HelloWorld

A post shared by Chelsea E. Manning (@xychelsea87) on

Pour la jeune femme de 29 ans, la liberté est l’occasion de clarifier son genre. Celle qui déclarait au lendemain de sa condamnation qu’elle était une femme a été en effet cruellement réprimée par le pénitencier militaire qui a complexifié, jusqu’à lui empêcher de se laisser les cheveux pousser, la transition de Bradley vers Chelsea.

Mercredi 17 mai, le jour de la libération de la lanceuse d’alerte, nous apprenions que Laura Poitras (Citizenfour) et Tim Travers Hawkins co-produisaient un documentaire nommé XY Chelsea. Un document qui reviendra sur les sept cent mille documents confidentiels révélés par la militaire, ses sept années de détentions et son combat.

L’avocate de Manning, Nancy Hollander a déjà engagé une procédure en appel afin d’innocenter complètement l’informatrice de WikiLeaks.

Partager sur les réseaux sociaux