Google Trends a suivi toute la nuit les recherches des internautes du Royaume-Uni, montrant des tendances assez nettes sur les interrogations liées au Brexit.

Comme Google est le moteur de recherche le plus utilisé au monde, sa composante Trends qui analyse en direct les recherches des internautes est un outil particulièrement intéressant pour comprendre les peurs, les interrogations et les attentes des gens. Hier et jusque tard dans la nuit, le compte Twitter lié Google Trends a publié ses analyses en temps réel en se focalisant sur le Royaume-Uni et les questions liées au Brexit. Un peu avant l’annonce des résultats, Google a ainsi relevé un pic de 250 % de recherche en plus pour la question « Qu’est-ce qu’il se passe si nous quittons l’Europe ? ».

C’est dire si la question posée par le référendum, qui invitait les citoyens du Royaume-Uni à s’exprimer sur un leave ou un remain à propos de l’Union Européenne avait beaucoup d’implications et de ramifications. Certains tweets en réponse à celui de Google s’interrogent également sur le retard de cette question dans les habitudes de recherche : le pic intervient beaucoup trop tard par rapport au référendum. Le scrutin était déjà clos quand le Royaume-Uni s’est demandé ce qu’il se passerait en cas de sortie de l’Union Européenne : la réponse, toute informative soit-elle, ne pouvait donc plus servir à motiver un choix, qu’il soit pour ou contre.

À lire sur Numerama : Génération Brexit  : la jeunesse connectée et peu engagée décidera du sort du Royaume-Uni

Et à mesure que les résultats étaient connus du public, ce sont les recherches sur l’économie du Royaume qui ont connu des pics de trafic. Trends cite notamment le terme « pound sterling » qui correspond à la livre anglaise qui a connu un pic d’intérêt qui a suivi de près l’effondrement de la devise. Toujours côté finance, la recherche sur qui mentionne « l’achat d’or » a augmenté de 500 %. Un regain d’intérêt pour le matériau précieux qui a encore ce pouvoir rassurant alors que l’économie faite de transactions numériques immatérielles effraie — surtout quand elle s’emballe.

Au petit matin, alors que les résultats définitifs du référendum ont été annoncés par les autorités, c’est la recherche sur l’obtention d’un passeport irlandais qui a connu un pic. En effet, la République d’Irlande ne fait pas partie du Royaume-Uni et la décision prise dans la nuit n’affecte pas son statut de membre de la zone euro.

Cls532RVYAAwqY9.jpg-large

L’incompréhension termine ce tableau : « Sommes-nous à l’intérieur ou en-dehors de l’Union Européenne ? » a explosé avec +2 450 % ces dernières minutes.

Crédit photo de la une : Moyan Brenn

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés