Estimant qu'il existe un lien entre complotisme et djihadisme, et un lien entre Internet et complotisme, le gouvernement a mis en ligne une campagne contre les théories du complot. Efficace ? Sans doute pas.

« C’est bien parce que l’on dit la vérité que le gouvernement veut faire croire que c’est nous qu’on ment ». On imagine sans mal que l’initiative de Matignon n’aura aucun effet sur les fameux partisans de la théorie du complot, mais elle confirme l’inquiétude croissante des pouvoirs publics.

Alors que Manuel Valls a déjà fait plusieurs fois le lien entre la montée des complotismes et la radicalisation qui conduit au terrorisme, le gouvernement a lancé jeudi soir un site internet, OnTeManipule.fr, qui doit aider les internautes à identifier les complots imaginaires.

« Mais nous savons qu’il est difficile pour les autorités, pour l’État, pour les adultes, de s’adresser aux jeunes concernés, les djihadistes utilisant la théorie du complot justement pour décrédibiliser la parole officielle », avait expliqué Manuel Valls en mai dernier. «  Il faut reconnaître que leurs sites, leur paroles, sont très bien faits, très efficaces, c’est une véritable propagande utilisant les moyens modernes pour atteindre les esprits, les coeurs et les cerveaux ».

Pour en assurer la promotion, les services de l’État se sont inscrits sur Snapchat et ont fait appel au Youtuber Kevin Razy, dans une vidéo qui se moque des théories du complot et tente de les discréditer :

Sur le site internet du gouvernement, on retrouve « 7 commandements de la théorie du complot » qui sont censés démontrer que l’on se trouve face à un argumentaire fumeux, ainsi qu’une infographie pour s’y retrouver.

le-detecteur-theorie-du-complot

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés