Le projet Tor lance pour la première fois une campagne de dons en direction des particuliers.

C’est une nouveauté de taille pour le projet Tor. En lançant pour la première fois de son histoire une campagne de dons, le service de navigation anonyme montre qu’il veut impliquer davantage les particuliers dans l’aventure.

Car l’enjeu est de taille.

Tor est aujourd’hui extrêmement dépendant du gouvernement américain sur le plan financier. En septembre 2013, la part versée par Washington était évaluée à 60 % de la totalité des montants reçus par le projet. Elle grimpait même à 90 % certaines années précédentes, en particulier en 2008 et 2009.

Or, la place considérable qu’occupent les USA dans le destin de Tor fait évidemment l’objet de vives polémiques. En résumé, la question qui se pose est la suivante : Tor, qui propose de surfer sur le net avec un très haut degré d’anonymat est-il vraiment fiable, alors que les États-Unis, tout en le finançant très largement, cherchent constamment des failles à exploiter pour espionner les internautes ?

En diversifiant ses sources de revenus avec les dons des internautes, le projet Tor espère diminuer mécaniquement le poids pris par Washington et ainsi réduire les critiques à son encontre, à défaut de les faire taire définitivement.

Pour rappeler l’importance joué par Tor malgré ces controverses, la réalisatrice Laura Poitras explique « qu’Edward Snowden n’aurait jamais pu me contacter sans Tor et d’autres logiciels libres de chiffrement. Les journalistes ont besoin de Tor pour protéger leurs sources et faire des recherches sans contrainte. C’est un outil essentiel et il a besoin de notre soutien ».

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés