Comme prévu, Christine Albanel a tenu ce mercredi matin sa conférence de presse pour présenter la loi « Création et Internet » qui doit instaurer la riposte graduée. Face à des journalistes dubitatifs, la ministre a reconnu que le projet de loi n’épargnera pas les lieux publics, qui pourront recevoir des avertissements et voir leur accès à Internet suspendu s’ils ne protègent pas cet accès à Internet pour empêcher son utilisation à des fins de piratage.

Concrètement, ce refus d’amnistier les bibliothèques, les mairies, les universités, les cafés ou les restaurants qui proposent un accès sans-fil devrait en convaincre un certain nombre d’entre eux de bloquer la plupart du trafic et des ports qui ne servent pas à la navigation sur le web.

Mais même cette précaution ne sera pas suffisante, puisque des outils de tunneling permettent d’utiliser le traditionnel port 80, et qu’aucune mesure technique de filtrage n’est aujourd’hui assez efficace pour garantir à 100 % les lieux publics contre toute utilisation illicite de l’accès qu’ils proposent.

De quoi inciter les maires à abandonner toutes leurs intentions de fournir un accès gratuit à Internet.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés