Il suffit de voir la qualité du court métrage Big Buck Bunny ou le partenariat que vient de signer Jamendo avec Archos pour comprendre que le logiciel libre et les arts libres ne sont pas qu’une simple fantaisie d’amateurs éclairés, mais une vraie économie parallèle à part entière. Elle doit prendre sa place dans le débat public – notamment pour éviter que des projets de traités internationaux comme l’ACTA ne voient le jour, en s’imposant non pas uniquement sous l’angle de la réflexion idéologique, mais surtout à travers les pratiques et les réalisations.

C’est ce que tente de faire en France l’association Musique Libre, Framasoft, Ralamax Prod et quelques autres partenaires, qui annoncent la tenue le vendredi 20 juin de la journée Libre Accès, à la mairie de Paris du 2ème arrondissement. Au programme :

  • Concerts de musiques libres. Des groupes qui autorisent la copie, la diffusion et la modification de leurs morceaux,
  • Projection de films, documentaires, courts-métrages librement enregistrables, diffusables et modifiables,
  • Installations et performances artistiques libres comme l’air,
  • Surprises en vue, ateliers de créations et de re-créations entre artistes et le public libérés du copyright.

« Ni pirate, ni propriétaire exclusif de la création : ouvert au partage !« , plaident les organisateurs.

L’accès sera libre, dans l’enceinte de la Mairie du 2ème arrondissement de Paris, de 14H à 2H du matin.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés