Deux ans après son lancement, le site de documentaires vidéo à la demande VODEO.TV fait peau neuve, et de belle manière. Outre son interface revue et corrigée, la nouvelle version lancée jeudi propose deux nouveautés et non des moindres : l’abandon des DRM sur une partie de son catalogue, et des documentaires gratuits.

Certes, le nombre de vidéos sans DRM proposées à ce jour est faible. 200 documentaires et reportages sans DRM, sur un catalogue qui en compte plus de 4.200. Ce qui fait moins de 5 % du catalogue que l’on peut télécharger, visionner et graver librement, quel que soit le logiciel utilisé, à un prix identique aux vidéos protégées. Sans logique particulière apparente, les prix des vidéos oscillent selon nos observations de 1,99 euro à 6,99 euros. Quelques documents de moins de 10 minutes sont vendus 1 euro mais pour le reste, la durée ne semble pas systématiquement définir le prix.

Mais la porte s’est ouverte, et il n’y a plus à attendre que tous les producteurs s’y engouffrent. Cela prendra, à n’en pas douter, plusieurs années. L’industrie de la vidéo est culturellement beaucoup plus attachée encore aux DRM que ne l’est l’industrie musicale, pour qui protéger sa musique contre la copie a surtout été un réflexe d’autodéfense récent provoqué par la panique de la montée du piratage. Depuis la cassette VHS et sa protection Macrovision, l’industrie vidéo s’est habituée de longue date à protéger ses productions contre la copie, ou plutôt à se convaincre qu’elle y parvenait. Ces habitudes auront la peau dure.

Vodeo.tv promet sans s’engager sur un chiffre d’étoffer son catalogue de documentaires et reportages sans DRM dans les prochains mois.

Par ailleurs, autre nouveauté, le site propose désormais chaque semaine un documentaire gratuit sélectionné par la rédaction de Vodeo, qui reste accessible pendant 7 jours, en streaming uniquement. Cette semaine, Vodeo propose par exemple un reportage de 52 minutes sur « le vrai visage de Lénine ».

Le tout soutenu par une interface selon nous réussie et agréable. Bravo.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés