Il y a des histoires qui font sourire et mettent de bonne humeur même un lundi matin. Celle-ci est particulièrement savoureuse dans toute son ironie. Le japonais Masato Nakatsuji était poursuivi pour avoir créé un virus qui supprime les fichiers de musique et de films sur les disques durs des victimes. Arrêté en janvier, il vient d’être condamné à deux années de prison avec sursis. C’est la première fois qu’un auteur de virus est ainsi arrêté et condamné au Japon. Mais l’homme, qui a reconnu ses fautes, n’a pas été condamné pour s’être introduit frauduleusement sur les ordinateurs d’innocentes victimes et pour avoir détruit leurs données. Celui qui voulait lutter contre le P2P a été jugé coupable de… violation de droits d’auteur.

Le malware qui était diffusé sur le logiciel de P2P Winny (le plus populaire au Japon) affichait en effet des messages sur des images de mangas et de dessins animés très populaires, sans l’autorisation de leurs créateurs. Un comble pour Karatsuji, qui a expliqué au tribunal qu’il avait créé le virus pour essayer de punir les internautes qui téléchargeaient illégalement des contenus protégés par le droit d’auteur sur les réseaux Peer-to-Peer. « Si les films de cinéma et les films d’animation sont téléchargés illégalement, les chaînes de télévision arrêteront de diffuser ces programmes à l’avenir« , a déploré l’étudiant informaticien qui voulait lutter contre le P2P pour pouvoir regarder encore longtemps ses personnages favoris à la télévision.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés