Décidemment, la RIAA (SACEM américaine) ne perd pas sa motivation, bien au contraire : hier, elle a encore porté plainte contre quatre réseaux universitaires...

La RIAA n’est pas en manque d’inspiration. Cette fois, ce sont les administrateurs réseaux de quatre universités américaines qui sont pris pour cible. L’association de protection des œuvres musicales américaine a en effet porté plainte contre eux, en estimant que ces réseaux (privés, faut-il le préciser…) servent à l’échange de fichiers musicaux sous copyright.

La RIAA estime que le volume de fichiers échangés sur ces quatre réseaux accessibles aux étudiants atteindrait le chiffre faramineux de 2,5 millions de fichiers. L’association réclame aux étudiants, deux du Rensselaer Polytechnic Institute, un étudiant de l’Université Princeton et un dernier de l’Université de technologie du Michigan la modique somme de 150 000 dollars par œuvre protégée (faites le calcul !).

De plus en plus, donc, la RIAA attaque sur tous les fronts, et n’hésite plus à s’en prendre à des particuliers. Dans ce cas précis, nombre d’administrateurs réseaux peuvent être inquiets, tant il est difficile de contrôler les flux qui peuvent circuler sur un réseau, aussi bien en interne (réseau local) qu’en externe (local vers internet)…

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés