Clear ChannelLe concert est-il en train de devenir un loisir de luxe dont le prix exclue d’office les moins fortunés ? Si les spectacles des stars de la chanson n’ont jamais été bon marché, il semble que les prix s’enflamment à un rythme impressionnant. Il y a des exemples caricaturaux, comme celui des places de concerts de Barbara Streisand, arrachées entre 112 et 582 euros à Paris Bercy. Fustigée par des groupes de consommateurs en Italie pour des billets qui montaient jusqu’à 900 euros, la star avait même dû annuler son concert dans la péninsule face à l’insurrection populaire. Mais sans aller jusqu’à ces extrêmes, le prix des places de concerts augmente d’année en année, et un coupable semble tout trouvé aux Etats-Unis : Clear Channel.

Le groupe de communication possède 1200 stations de radio dans le pays, et abuserait de cette position dominante pour faire monter les prix des concerts et faire obstacle à la concurrence. C’est en tout cas ce qu’affirment les initiateurs d’une class action qui vient d’être validée dans son principe par la justice américaine. Les plaignants reprochent en effet à Clear Channel Communications d’obliger les artistes à faire appel à ses services de promotion et d’organisations de tournées, sous peine de n’avoir aucun de leur morceau de musique diffusé sur les antennes. Et aujourd’hui, aucun artiste ne peut remplir ses salles sans faire de la publicité sur les radios du réseau Clear Channel. Le groupe en profite alors pour augmenter le prix de ses services, et augmenter le prix des places de concerts.

Entre 1997 où Clear Channel possédait 43 stations de radio, et 2007 où il en possède 1200, les prix des places ont augmenté en moyenne de 61 % alors que l’index des prix à la consommation a augmenté de 13 %. Des consommateurs de 23 régions différentes aux Etats-Unis, qui ont acheté des places de concerts de Clear Channel ou de ses filiales, ont donc formé une class action pour abus de position dominante. Parmi les concerts à l’origine de la plainte figurent ceux de Madonna, Bruce Springsteen, Eric Clapton, Billy Joel, Elvis Costello et The Who.

La justice a déjà validé cinq régions, et tous ceux qui ont acheté des places de concerts dans ces régions depuis le 19 juin 1998 peuvent se joindre à la class action et demander réparation.

Depuis 2005, Clear Channel s’est scindé en plusieurs entités dont l’une a hérité des activités d’organisation de concerts : Live Nation. Elle possède ou détient des intérêts aujourd’hui dans 160 lieux de spectacles et de sports dans le monde, dont le stade Wembley à Londres. En 2006, Live Nation a produit plus de 26.000 évènements dans 18 pays, rassemblant 60 millions de spectateurs. Officiellement indépendantes, ces spin-off sont dans les faits toutes dirigées par des membres de la famille du fondateur de Clear Channel Lowry Mays. Pour assoir sa position dominante, Live Nation n’hésite pas à investir des sommes très importantes pour signer des contrats d’exclusivité avec des artistes tentés d’aller à la concurrence. C’est notamment ce qui explique le contrat très médiatisé signé avec Madonna.

La carrière de la star est désormais gérée par la nouvelle filiale de Live Nation, Artist Nation, dont le directeur est Michael Cohl… l’organisateur de la tournée de Barbara Streisand.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés