Un étudiant met au point un outil permettant de tracer les utilisateurs qui ont modifié des articles sur Wikipedia, et force est de constater que les organismes ou sociétés n'hésitent pas à modifier des articles qui leur sont directement liés. De quoi sérieusement remettre en cause la neutralité de l'encyclopédie libre.

Révélations surprenantes pour WikiScanner, un programme développé par Virgil Griffith de l’Institut de Sante Fe à New Mexico. L’outil, qui permet de tracer les utilisateurs ayant édité des articles sur Wikipedia sur ces cinq dernières années, a dévoilé nombre d’utilisations inattendues, des politiquement engagées jusqu’aux plus cocasses.

C’est ainsi qu’ont été repérées des éditions provenant des bureaux de la CIA et du FBI. Pour le FBI, ce sont les images aériennes de Guantanamo Bay à Cuba, la prison tristement célèbre pour abriter les détenus suspectés de terrorisme, qui ont été supprimées. Quant à la CIA, il s’agit d’un graphique sur les accidents liés à l’invasion en Iraq auquel il a été indiqué que ces chiffres n’étaient que des estimations. Ca passe encore. Mais plus douteuse est cette modification apportée à la biographie de William Colby, ancien directeur de l’organisme maintenant décédé, où ont été vantés les mérites de son programme de pacification des campagnes pendant la guerre du Vietnam.

Mais cette utilisation « politiquement intéressée » par des organismes célèbres ne constitue pas un cas marginal. D’autres éditions ont été apportées par Al-Jazeera (qui désigne la fondation d’Israël comme quelque chose d’aussi mauvais que l’Holocauste), ou par l’église scientologiste (ayant supprimé des critiques à son encontre).

Les cas d’édition d’informations par les entreprises elles même semblent chose aussi courante. C’est ainsi qu’on trouve la censure des problèmes de lecture de disque de la GameCube par Nintendo, celle de Disney à propos de paragraphes entiers sur les DRM, de MySpace sur le hack du profil de Tom ou les critiques à son encontre, d’Electronic Arts pour ses pratiques d’emploi douteuses, ou encore de Sony à propos de critiques sur le Blu-Ray.

D’autres choses plus saugrenues ont été repérées en provenance des organismes les plus sérieux, comme cette édition apportée par un employé de la BBC :

« Drowning Street Aides a suggéré plus tard que les palpitations de Tony Blair étaient dues à son habitude de boire beaucoup de café pendant le sommet de l’Union Européenne et l’épuisaient au gymnase« 

Pour :

« Drowning Street Aides a suggéré plus tard que les palpitations de Tony Blair étaient dues à son habitude de boire beaucoup de vodka pendant le sommet de l’Union Européenne et l’épuisaient dans sa chambre« 

Mais le pompon revient assurément à cet employé de Disney, qui a pris la peine d’apporter de son bureau des précisions sur la façon de fumer un « bang » de marijuana. Toutes les modifications dignes d’intérêt qui ont été relevées par WikiScanner peuvent se retrouver sur cette page.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés