C'est la nouvelle tendance Web 2.0 et c'est un peu la première fois qu'on en parle en France. Il s'agit de réseaux communautaires dans lesquels vous ne cherchez pas l'âme soeur, ni ce groupe dont on vous a conseillé le dernier album, mais des conseils financiers.

Nous observons chaque jour la spécialisation de plus en plus grande des sites communautaires, et celle-ci l’amène aujourd’hui à s’attaquer à un nouveau terrain, celui du marché en bourse.

Le principe de la spéculation sociale est de faire profiter les membres de la communauté des conseils avisés d’investisseurs en herbe. Le créneau émerge à peine aux Etats Unis et la plupart de ces sites sont encore en version Beta, mais l’idée commence à voir germer ses graines.

Les rouages divergent d’un portail à l’autre mais le principe reste grosso-modo le même : les investisseurs font part de leurs transactions ou de leurs conseils, et obtiennent un classement selon leur capacité à flairer les bons coups.

Wikipedia a depuis longtemps prouvé qu’une communauté pouvait devenir une source très pertinente d’information mais le domaine de la spéculation boursière soulève quelques interrogations, notamment sur l’influence que seront amenés à avoir ses membres les plus réputés.

1. Covestor

Covestor permet aux investisseurs en herbe de profiter du flair des autres. Vous pouvez voir les portefeuilles des utilisateurs et les comparer avec le vôtre pour évaluer votre rang dans la communauté. Si vous estimez votre expertise suffisamment attrayante, vous pourrez même en tirer une rémunération. Le conseil financier est normalement une activité régulée mais son PDG nous informe de la légalité de cette démarche si les conseils restent publiques et consultables par tous.

2. SteamStreet

SteamStreet offre la possibilité de gérer ses actions, d’obtenir un aperçu du marché, de chercher des sociétés pour lesquelles vous pourrez laisser quelques notes. Toutes ces informations peuvent être partagées avec la communauté selon vos options privées. Une version basique de SteamStreet est disponible gratuitement mais pour profiter de toutes ses fonctionnalités, il vous en coûtera 8 $ par mois.

3. SocialPicks

SocialPicks est un outil de recherche sociale de cours d’actions. Vous pouvez recommander des investissements ou suivre les conseils des autres. Chaque utilisateur peut devenir un analyste réputé selon la pertinence de ses conseils et sa capacité à flairer les bons coups, notés par la communauté. En cela, il se rapproche de DigStock, mais l’aspect blog d’investisseur en plus.

4. Cake Financial

Petit dernier des sites communautaires financiers, Cake Financial vous permet de consulter les portefeuilles des autres membres de la communauté afin de prendre vos décisions. Vous serez notés d’après vos performances et obtiendrez, à l’instar de Covestor, un rang selon vos prouesses spéculatives. Cake Financial offre la possibilité de se créer un réseau d’amis et d’être alerté lorsque l’un d’entre eux effectue une opération boursière.

5. Geezeo

Ici, ce n’est pas d’une application boursière qu’il s’agit mais d’un outil de gestion financière communautaire directement reliée à votre banque. Vos petites finances sont mises à disposition de manière anonyme aux autres utilisateurs. Vous vous fixez un objectif (acheter un iPhone, dépenser moins d’argent en nourriture, économiser pour partir en voyage), et pouvez voir comment les autres s’y prennent pour le réaliser. Le service, qui pourra être utilisé à partir d’un mobile, cible avant tout les étudiants.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés