Permettons-nous un écart en ce jeudi ensoleillé. Sortons quelque peu des loisirs numériques pour nous intéresser le temps de ces quelques paragraphes à un sujet qui n’est pas si éloigné de notre ligne éditoriale : les médias. Vous le savez tous, l’émission « Arrêt sur images » de Daniel Schneidermann a été supprimée de la grille de rentrée de France 5, et son animateur licencié sans indemnités. On ne reviendra pas sur les motivations confuses de la chaîne, mais plutôt sur le vide laissé par cette suppression… y compris sur Internet (où l’émission était rediffusée gratuitement).

Philippe Vilamitjana, le directeur des programmes de France 5, avait d’abord assuré qu’une nouvelle émission de « décryptage des médias » serait proposée en remplacement d’Arrêt sur Images (ASI). Pas le choix, c’est une obligation posée par le cahier des charges de la chaîne. Les émissions proposées par France 5 « concourent au développement et à la diffusion de la création intellectuelle et artistique et des connaissances civiques, économiques, sociales, scientifiques et techniques. Elles contribuent également à l’éducation à l’audiovisuel et aux médias« , peut-on y lire.

Schneidermann avait très vite compris que le « décryptage » façon Vilamitjana n’aurait rien à voir avec celui d’ASI. « Quand il vous dit ça, il vous enfume », n’hésitait pas à écrire le journaliste sur son blog. En fait de décryptage des médias, il s’agirait plutôt d’un décryptage des actualités à travers les médias. « Le décryptage de l’actualité, et le décryptage des médias, non seulement ce n’est pas du tout la même chose, mais c’est même le contraire« , dénonçait alors Daniel Schneidermann. Pour lui, « décrypter les médias, c’est pointer le doigt vers ceux qui nous racontent tous les jours cette histoire-là, toujours la même, et se demander pourquoi ils nous racontent celle-là, et pourquoi de cette manière, alors qu’ils pourraient nous raconter tant d’autres histoires, de tant d’autres manières« .

Hier, France 5 a confirmé la rumeur de la désignation de Paul Amar en animateur du programme de « décryptage ». Et confirmation aussi, de la part de Vilamitjana, de la formule choisie. Le poil-à-gratter façon ASI passer à la trappe. Le patron des programmes de la chaîne ne s’en cache même plus. « Il ne s’agit surtout pas de remplacer ‘Arrêt sur images’. Ce sera un format différent, une formule différente« , expliquait-il lors d’une conférence de presse.

Alors, qui pour remplacer Arrêt Sur Images ?

Sur son blog, Daniel Schneidermann se montre pessimiste sur les possibilités de voir Arrêt sur Images se prolonger sur les ondes hertziennes. Aucune proposition fiable ne semble venir, et l’exil médiatique un temps envisagé vers la Suisse est aujourd’hui une idée abandonnée. A l’invitation de François Bayrou, et poussé visiblement par de nombreuses propositions, le choix semble se porter vers une diffusion sur Internet. « Contrairement à ce que je pensais au début, l’affaire n’apparait pas irréalisable« , écrit-il. Reste bien sûr l’éternel problème du financement. « Si chacun des 177 579 signataires [de la pétitition à France 5] donne dix euros, on a de quoi faire l’émission (dans sa formule de l’an passé) pendant un an« . Faites les calculs. Sacré budget.

A défaut, qu’existe-il sur l’Internet français pour se sustenter ? Etrangement, pas grand chose. La critique des médias y est diffuse, rarement concentrée sur un même blog. On trouve bien sûr l’excellente contribution du sociologue Cyril Lemieux, ou le site d’Acrimed. LeblogMedias, également, apporte quelques éclairages. A quelques oublis près (dites-nous lesquels), c’est à peu près tout. En vidéo, c’est le désert le plus complet.

Reste alors une question : est-il possible d’inventer une formule collaborative de critique des médias, qui réunirait la technologie d’un DailyMotion pour héberger les extraits vidéos, le mécanisme d’un Agoravox pour animer les discussions, le principe d’un Wikipedia pour enrichir les sujets ?

Et si Ratiatum (sous un autre nom) montait un tel projet. Le regarderiez-vous ? Y participeriez-vous pour enrichir les discussions et proposer des sujets ?

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés