Vous connaissez peut être OCD, cette chaîne française de magasins qui propose l’achat et la vente de CDs et DVDS d’occasion. Et bien il semblerait que ses homologues américains reposant sur le même principe auraient du soucis à se faire. En effet, ils sont devenus depuis peu la cible des attaques de la RIAA, qui souhaiterait avoir un plus grand contrôle dessus.

Poussée par le lobbying du cartel des majors, la législation américaine tend à appliquer à ces revendeurs les mêmes conditions d’exercice que s’il s’agissait de prêteurs sur gages. Déjà en Floride ou dans l’Utah, les lois passées, en plus d’exiger du disquaire un permis pour le commerce d’occasion, interdisent le paiement en argent comptant et demandent à ce que les tenanciers prennent l’empreinte de pouce des personnes qui leur revendent des CDs d’occasion.

Ces obligations auraient d’ailleurs déjà poussé plusieurs magasins à arrêter d’en vendre. Et ne nous y trompons pas, au delà du prétexte visant à endiguer le vol de CDs, c’est surtout une occasion pour les majors de tenter de saper une manne financière qui lui échappe, et d’espérer pouvoir ainsi forcer les acheteurs à acquérir du neuf en magasin.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés