La nouvelle ministre de la Culture Christine Albanel était invitée hier matin des 4 Vérités sur France 2. Visiblement déjà bien préparée avec une connaissance de ses différents dossiers chauds, elle a définit ses trois priorités au ministère « de la création » : défendre « les droits des auteurs », la transmission du patrimoine, et les nouvelles technologies « qui nous obligent à être très réactifs ».

Dans la lignée de son prédécesseur Renaud Donnedieu de Vabres, Christine Albanel juge que la défense des droits des auteurs est « évidemment très importante », mais elle semble décidée à s’imposer avec davantage de précautions. Le piratage est « un dossier important parce qu’on voit bien qu’il y a une grande sensibilité, que les internautes sont évidemment très nombreux, ils sont jeunes, ils sont des foules, il y a nos enfants évidemment à l’intérieur », rappelle Christine Albanel, qui a vu RDDV se prendre les pieds dans le tapis et devenir chômeur du gouvernement Fillon. Mais la motivation n’en est pas moins là. « Il faut agir« , explique la nouvelle ministre de la Culture et de la Communication, qui souhaite que le mouvement initié par RDDV soit « vraiment accentué du côté de l’offre d’un téléchargement légal ».

Il faut « faire la pédagogie« , dit-elle, « il faut dire aussi aux jeunes que c’est vrai qu’on ne peut pas faire absolument n’importe quoi parce que derrière c’est la création qui risque d’être asphyxiée ».

Il faut « travailler et responsabiliser les fournisseurs d’accès« . « Je suis en train de réfléchir à la meilleure manière de le faire« , annonce la nouvelle résidente de la rue de Valois.

Christine Albanel dit enfin avoir « tout à fait l’intention » de recevoir tous les intervenants.

La Sacem se réjouit

Dans un communiqué publié seulement aujourd’hui 24 mai, la Sacem a indiqué se réjouir de la nomination de Madame Christine Albanel « et de ses premières déclarations concernant le nécessaire respect du droit d’auteur et les questions liées au téléchargement sur Internet ». « Il est très positif également qu’ait été choisie pour en assumer la responsabilité une personnalité reconnue et appréciée du monde de la culture, qui plus est auteur », rappelle la Sacem, qui va ainsi à contre-courant des reproches justement fait à Madame Albanel au moment où elle avait pris ses fonctions à la tête du Château de Versailles. Ancienne plume de Jacques Chirac, elle n’était « ni scientifique ni conservatrice », reprochaient les spécialistes.

Pour la Sacem, qui ne tarit pas d’éloges, « nul doute que la vitalité de la culture dans notre pays, et celle du répertoire de langue française bénéficieront d’un tel choix ».

C’est également avec une vive satisfaction que la Sacem a entendu le message du Président de la République exprimant sa volonté de protéger les droits des créateurs, ajoute la Sacem, en référence à la lettre lue au Festival de Cannes. Pour la Sacem, « ce soutien est essentiel pour les auteurs, compositeurs et éditeurs de musique ».

La pomade étant passée, le lobbying peut continuer…

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés