Les blogs d’employés peuvent autant constituer de formidables outils de promotion que devenir une source de conflits juridiques. En avril 2006, Catherine Sanderson était licenciée pour avoir tenu un blog où elle y racontait sa vie en entreprise. Elle s’y moquait occasionnellement de son patron, et avouait avoir déjà donné de faux motifs d’absence.

L’affaire avait été traînée devant les prud’homme, la blogueuse estimant la sanction trop dure, surtout qu’à aucun moment n’étaient cités le nom de son chef ou de l’entreprise en question. Le conseil vient de lui donner raison, peut on lire sur LCI.fr. Le cabinet Dixon Wilson pour lequel elle travaillait a été condamné à verser la coquette somme de 44.000 euros, soit un an de salaire. La « petite anglaise », comme elle se nomme elle-même sur son blog, prévoirait même d’écrire un livre sur celui-ci.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés