Après cinq années d’existence, la ligue Odebi qui s’est énormément battue (parfois avec une véhémence de ton qui n’a pas servi sa crédibilité réelle sur le fond) revient sur les cinq années du quinquennat qui s’achève, à travers un bilan exhaustif de la politique internet qui a été menée depuis 2002. « Durant ces cinq années, le gouvernement et la majorité parlementaire ont imposé de nombreuses règles sur le net, en particulier par les lois économie numérique (LCEN), informatique et libertés (LIL), contre le terrorisme (LCT), droit d’auteur et droits voisins dans la société de l’information (DADVSI), et prévention de la délinquance (LPD). Une commission nationale de déontologie (CND) du net devrait de plus être créée par décret, et le ministère de la culture souhaite imposer des labels presse aux sites d’information« , rappelle la ligue.

Si ces questions peuvent être au centre du choix du bulletin de vote le 22 avril prochain, c’est que « ces lois touchent directement les droits et libertés des internautes : liberté d’expression, liberté d’information (liberté d’informer, liberté de s’informer), droit au respect de la vie privée, droit d’accès au juge, droit d’accéder librement à la culture« . Il ne s’agit pas, comme on le croit souvent, de simples mesures techniques ou d’adaptation pénale. Ces thèmes sont absents de la campagne alors qu’ils crystallisent une certaine vision de la société et de la gouvernance.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés