Elle devait rendre son avis le 2 juillet au plus tard, mais la Commission européenne annonce aujourd’hui qu’elle suspend provisoirement son enquête sur les conditions de la fusion entre Sony Music et BMG. Elle dit manquer d’informations pour mener à bien son investigation. « Cette affaire s’intègre dans un environnement exceptionnellement difficile dans la mesure où, d’un côté, le marché est caractérisé par la position forte d’un petit nombre d’acteurs importants, tandis que de l’autre, l’industrie tout entière a traversé des changements significatifs en termes de numérisation de la musique et du changement de comportement des consommateurs », explique la Commission.

« L’enquête actuelle est également menée, ce qui est très inhabituel, alors que la fusion a été finalisée », rappelle Bruxelles, qui avait été rappelée à l’ordre par le tribunal d’instance des communautés europénnes. Personne n’imagine que la Commission puisse revenir sur l’accord qu’elle avait donnée en juillet 2004, ce qui obligerait à démanteler la maison de disques dans un marché en grandes difficultés, deux ans après leur union. Mais le marché est déjà dans un tel état de concentration qu’il sera difficile pour Bruxelles de prononcer à nouveau son feu vert sans l’astreindre de sérieuses conditions.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés