On tombe de haut. Comment aurait-on pu le soupçonner ? C’est vraiment incroyable. Un projet de rapport de l’Institut de Criminologie Australien révèle (oh surprise) que les chiffres sur le piratage rapportés par l’industrie du disque et l’industrie logicielle seraient « absurdes ». Par exemple la Business Software Alliance (BSA) prétend qu’il y aurait eu 361 millions de dollars de perte dû au piratage en Australie en 2005, mais les chiffres sont « invérifiés et scientifiquement douteux« , critique le rapport. L’Association considère que la personne qui télécharge ou achète une copie pirate d’un logiciel aurait sinon acheté la version officielle à prix fort. Le MIPI, la branche musclée de la RIAA en Australie, dit ne même pas savoir comment sont calculés les chiffres sur le piratage dans son pays. C’est pas nous, c’est l’IFPI qui les compile, se dédouane l’organisation. Et l’IFPI, bien sûr, ne dit pas quelles sont ses méthodes.
Le rapport qui a filtré dans la presse devait être confidentiel. Il sera cependant réécrit après que des chercheurs de plus haut rang aient contesté ses conclusions, nous dit Australian IT. Ouf, on a failli croire que ces histoires de trucages des chiffres étaient vraies.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés