L'équipe de Tor a décidé de fermer le projet "Tor Cloud", qui permettait de faire don d'une instance Amazon EC2 servant de relais vers le réseau Tor. De nombreux bugs étaient à corriger et l'équipe n'en avait pas les moyens.

L'équipe responsable du développement de Tor a annoncé vendredi l'abandon du projet Tor Cloud qui avait été lancé en 2011 pour faciliter le contournement de la censure dans les pays qui bloquent l'accès aux noeuds Tor répertoriés publiquement. Tor Cloud permettait à quiconque d'installer très facilement sur une instance Amazon EC2 créant un pont ("bridge") avec le réseau d'anonymisation du trafic, et en offrant ainsi de la bande passante pour ceux qui souhaitaient naviguer sur internet en toute sécurité. Une image spécialement conçue pour Amazon EC2 était fournie, pré-configurée pour relayer le trafic vers d'autres noeuds Tor et se déclarer auprès des utilisateurs. Par défaut, le logiciel était configuré pour ne pas consommer plus de 40 Go de bande passante par mois.

Lors du lancement du projet, l'équipe de Tor espérait voir se multiplier les bridges sur Tor Cloud, pour rendre plus difficile le blocage des relais. Les bridges ne sont pas répertoriés publiquement, et sont donc plus difficiles à découvrir pour les autorités qui souhaiteraient en interdire l'accès. Mais Tor Cloud n'a jamais attiré la communauté de développeurs bénévoles qu'il nécessitait, et les images fournies n'étaient plus fonctionnelles, avec de nombreux bugs à corriger.

"Il y a au moins un bug majeur dans l'image de Tor Cloud qui le rendre complètement inopérationnel (ce qui veut dire que les utilisateurs ne pouvaient pas utiliser ce service en particulier pour accéder à internet), et il y a plus d'une douzaine d'autres bugs, dont un de la plus haute priorité", explique Tor Project. L'équipe n'avait pas les ressources internes pour développer ou contrôler les patchs soumis par la communauté, donc a préféré arrêté le projet. Elle encourage ceux qui le souhaitent à réaliser un fork de Tor Cloud sous un autre nom, ou à se pencher vers d'autres solutions comme Ansible Tor ou Cirrus.

Selon les statistiques de Tor, le nombre de ponts proposé sur le réseau est passé de près de 400 en 2013 à seulement une centaine de bridges encore actifs cette année :

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés