Basé sur un OS open-source développé par Mozilla, le dongle HDMI Matchstick est reporté de plusieurs mois. Ses concepteurs ont décidé d'attendre pour pouvoir intégrer le support des DRM obligatoires pour lire les contenus fournis par les services de VOD les plus populaires, comme Netflix.

L'an dernier, une équipe indépendante de Mozilla a proposé sur Kickstater de soutenir le développement du Matchstick, un dongle HDMI sous Firefox qui permet de transformer n'importe quel poste de TV en téléviseur connecté, offrant notamment l'accès à des contenus streamés à distance (à l'instar du Chromecast, mais sous un OS libre). Le projet a été largement soutenu puisqu'il a obtenu plus de 470 000 dollars de financement sur un objectif initialement fixé à 100 000 dollars. Mais malgré cet afflux inespéré d'argent, le Matchstick ne se fera pas dans les temps. Loin s'en faut.

En effet, alors que les premières clés HDMI devaient être livrées ce mois-ci, l'équipe a annoncé vendredi qu'elle n'espérait plus un lancement avant le mois d'août 2015, ce qui fera un retard de plus de six mois sur le calendrier initial. Et la raison de ce retard tient essentiellement dans la décision du concepteur d'apporter au Matchstick l'intégration de plateformes de VOD légales populaires, qui exigent toutes la protection des contenus audiovisuels par DRM. "Les DRM sont une barrière et sont devenus notre première priorité", expliquent-ils.

"Comme vous le savez, beaucoup de fournisseurs de contenus premium tels que Netflix demandent le support des DRM. Matchstick a entrepris la mission de développer les DRM en tant que projet indépendant avec la communauté open-source (…).Nous prévoyons d'utiliser la technologie PlayReady de Microsoft, et sommes ravis d'apporter des contenus premium au Matchstick", se réjouit l'équipe. Elle souhaite reverser ses contributions aux projets de logiciels libres, pour permettre à d'autres plateformes open-source d'implémenter elles aussi le support de technologies DRM, longtemps vues comme le diable incarné par les communauté du libre.

L'an dernier, Mozilla a fait polémique en acceptant de suivre les préconisations contestées du W3C et d'intégrer à Firefox la technologie EME (Encrypted Media Extensions, ou Extensions pour Médias Chiffrés), qui permettent de réserver l'accès à des contenus aux seules personnes autorisées, selon des procédés cryptographiques qui ne sont plus entièrement ouverts. L'arrivée des DRM au coeur des standards HTML avait soulevé la colère de nombreux puristes, qui ne voyaient pas en quoi c'était au logiciel libre de s'adapter aux demandes des producteurs de contenus, et non l'inverse.

Outre les aspects logiciels qui demandent de développer de nouvelles briques dédiées, le support des DRM impose aussi de revoir à la hausse les spécifications techniques du Matchstick, qui n'était pas assez puissant pour déchiffrer les contenus protégés par des procédés cryptographiques. La nouvelle clé passera donc d'un processeur double-core à un processeur quad-core.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés