En Israël, des habitants arabes qui se sentent menacés par un projet de loi de Benjamin Netanyahu faisant de l'état hébreu l'Etat "du peuple juif" ont décidé de modifier leur profil Facebook pour se déclarer eux-mêmes "citoyen de seconde classe".

Au moment où les députés français s'apprêtent à examiner mardi une résolution visant à reconnaître l'Etat palestinien, Israël s'apprête pour sa part à porter un nouveau coup dur aux droits des populations arabes parmi ses ressortissants. Le gouvernement d'extrême-droite de Benjamin Netanyahu souhaite en effet faire adopter un projet de loi qui définie constitutionnellement Israël comme étant un "Etat national du peuple juif", et non plus comme un état "juif et démocratique".

Les habitants arabes d'Israël, qui subissent déjà une forme d'apartheid avec les populations juives d'Israël, y voient une menace supplémentaire sur les droits accordés aux Israéliens qui pourraient leur être refusés en raison de leur "mauvaise" origine ou appartenance ethnico-religieuse.

Le projet soulève donc l'indignation des Juifs modérés et des arabes d'Israël. Or ces derniers ont décidé d'utiliser Facebook comme moyen original de manifester. La presse israélienne relayée par RT rapporte en effet que depuis plusieurs jours, des centaines d'arabes israéliens ont décidé de modifier leur profil Facebook pour y ajouter un tampon sur leur photo, à la manière de ceux qui peuvent être apposés sur les photos de passeports.

Sur ce tampon sont écrits en hébreu les mots "citoyen de seconde classe", en référence à ceux qui habitent très officiellement en Israël mais qui ne sont pas pour autant "du peuple juif", comme le veut le texte proposé par Netanyahu. Le logo a été dessiné par deux artistes Haitham Charles et Sana Jamaileh, qui y ont vu un moyen pacifique de faire connaître leur opposition au texte, et surtout de faire prendre conscience au monde extérieur du sort politique réservé en Israël aux arabes. Les documents d'identité officiels prévoient déjà une distinction visible entre les Juifs et les Arabes.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés