Deux annonces c'est une coïncidence. Trois annonces c'est une tendance. Après eBay et PayPal qui ont annoncé leur divorce, et HP qui a décidé de se scinder en deux, c'est le leader de la sécurité informatique Symantec qui a dévoilé jeudi un plan de scission en deux entreprises autonomes.

C'est en train de devenir la nouvelle tendance des grandes entreprises américaines, qui cherchent à gagner en efficacité de management en resserrant la direction autour de domaines de spécialité. Après eBay qui donne son autonomie à PayPal, ou HP qui a annoncé qu'il séparait ses activités grand public et business en deux entreprises distinctes, c'est autour du spécialiste de la sécurité informatique Symantec de faire savoir qu'il se fait hara-kiri.

Sur le même modèle que HP, Symantec a annoncé son intention de créer d'ici décembre 2015 deux entreprises cotées en bourse, l'une dédiée à la sécurité qui était le coeur de métier originel du groupe, et l'autre dédiée aux activités croissantes de gestion de l'information.

"Créer deux entreprises autonomes permettra à chaque entité de maximiser ses opportunités de croissance respectives et d'apporter davantage de valeur aux actionnaires", assure le groupe dans son communiqué. "Il est devenu clair que gagner à la fois dans la sécurité et dans la gestion de l'information demande des stratégies distinctes, des investissements ciblés et de l'innovation commerciale", explique Michael Brown, le PDG de Symantec.

Symantec pour la sécurité, une autre entreprise pour la gestion de l'information

Le nom Symantec restera utilisé pour l'entité dédiée à la sécurité, qui aura pour charge de développer les antivirus et antimalwares de la société (avec notamment le développement d'une plateforme unifiée entre les produits Symantec et Norton), les outils de chiffrement, certificats SSL, authentifications d'utilisateurs, webmails sécurisés, etc., ou encore les outils de sauvegarde de données, et autres services de sécurité gérée. Sur l'exercice fiscal clôt en 2014, ces activités ont représenté 4,2 milliards de dollars de chiffre d'affaires.

C'est Michael Brown qui continuera de présider cette entreprise.

L'autre entité, consacrée à la gestion de l'information, sera sur un marché plus réduit (2,5 milliards de dollars de chiffre d'affaires en 2014) mais en forte croissante. Il s'agit de tout ce qui concerne l'archivage, la sauvegarde et la récupération de données, l'inspection des contenus (par exemple les e-mails et autres documents des salariés qui pourraient contenir des éléments compromettants à effacer en cas de contrôle), la protection contre les fuites d'informations, ou encore, bien sûr, les services de Cloud.

Le nom de cette nouvelle entité n'a pas été annoncé. Elle sera gérée par John Gannon, qui était président de Quantum.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés