Apple ne fera plus appel à des fournisseurs impliqués de près ou de loin à des conflits armés en Afrique pour le contrôle des ressources minières. Le groupe américain assure avoir mis de l'ordre dans sa chaîne d'approvisionnement et donné des consignes à ses partenaires.

Apple veut mettre de la morale dans sa chaîne d'approvisionnement. Plus question pour la firme de Cupertino de se procurer des matières premières dans des régions en crise. Le groupe américain a donc fait savoir ce jeudi que certaines précautions avaient été prises afin de se passer des fournisseurs ne contrôlant pas la provenance de certains minerais, à l'origine de nombreux maux en Afrique.

Certains pays du continent noir connaissent en effet des troubles internes du fait de la présence de  ressources très convoitées, et qui intéressent tout particulièrement les entreprises de l'industrie high tech. En République démocratique du Congo par exemple, les minerais (comme le coltan) sont l'un des facteurs de la crise actuelle, qui mêle atteintes aux droits de l'Homme, pauvreté et conflits armés.

Selon Apple, sa chaîne d'approvisionnement ne fait plus appel à des partenaires dont les mines servent d'une façon ou d'une autre à alimenter un conflit en Afrique. Selon l'AFP, cette vérification a eu lieu en janvier et a été effectuée par des auditeurs tiers. L'entreprise américaine promet en outre qu'elle vérifiera régulièrement que sa nouvelle politique est bien respectée.

"Nous allons continuer à exiger que tous nos fournisseurs utilisent exclusivement des sources de tantale vérifiées. Nous savons que les chaînes d'approvisionnement fluctuent, et nous maintiendrons une surveillance continue des fonderies de nos fournisseurs", a commenté l'entreprise américaine, qui n'est toutefois pas la première à s'engager sur ce terrain.

Une politique qui se généralise

Plusieurs grands groupes américains disent avoir procédé à certaines modifications afin de ne plus se fournir dans des zones en crise ou, à défaut, de vérifier la probité de leur partenaires. C'est le cas d'Intel, qui a profité du CES 2014, pour mettre en scène sa nouvelle politique éthique, mais aussi de Microsoft, Dell ou encore Hewlett-Packard. Mais cette approche concerne aussi des projets bien plus modestes, comme le Fairphone.

La décision d'Apple, si elle a peut-être été vraiment motivée par des considérations éthiques, est aussi une bonne occasion pour le groupe américain de soigner son image de marque et paraître responsable. Il faut dire que la firme de Cupertino en avait besoin, dans la mesure où elle a été souvent pointée du doigt, qu'il s'agisse des conditions de travail au sein des sociétés sous-traitantes ou de l'impact environnemental de ses activités.

Greenpeace est ravi

Réagissant à la nouvelle, un cadre de Greenpeace a salué l'annonce d'Apple. "Apple a montré ses muscles par le passé pour pousser ses fournisseurs à retirer des substances dangereuses de ses produits et s'appuyer davantage sur les énergies renouvelables pour ses centres de traitement de données, et il prouve que le même modèle peut marcher afin de réduire l'usage des minerais du conflit".

"Samsung et les autres compagnies de l'industrie électronique devraient suivre l'exemple d'Apple et contrôler leurs fournisseurs, de sorte que l'industrie puisse exercer son influence de façon collective afin de construire des appareils qui sont meilleurs pour les hommes et pour la planète", a conclu Tom Dowdall.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés